Partagez | 
 

 "Scars have the strange power to remind us that our past is real"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Avatar : Candice Accola
Messages : 11
Patacitrouilles : 11
Je suis : Un adulte
Âge : 21
Ascendance : Sang-pur
Statut : Célibataire
Camp : Pro-Dumby
Métier : Auror
Patronus : Loup

MessageSujet: "Scars have the strange power to remind us that our past is real"   Dim 16 Sep - 14:09






James C. Potter & Rebekah E. Wolf
Bienvenue dans notre sujet ! Nous acceptons l'intervention d'une personne extérieur ou de la Gazette du Sorcier pour l'intrigue. Le début de ce rp est située le vendredi 5 décembre en ce début de soirée (attention, au fur et à mesure du rp ces informations peuvent toujours changer au bon vouloir du joueur Wink ). Le temps a décidé de nous offrir de la neige.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Candice Accola
Messages : 11
Patacitrouilles : 11
Je suis : Un adulte
Âge : 21
Ascendance : Sang-pur
Statut : Célibataire
Camp : Pro-Dumby
Métier : Auror
Patronus : Loup

MessageSujet: Re: "Scars have the strange power to remind us that our past is real"   Dim 16 Sep - 14:16



Afférée depuis plus de six heures d’affilée à suivre méticuleusement les traces magiques laissées par Ambroisia K. Dolohov, mangemort et fidèle allié de Fenir Greyback, Rebekah avait l’impression de bientôt toucher le bout de ses recherches. En effet, la jeune femme avait laissé derrière elle des indices qui allait permettre à Rebekah de remonter jusqu’à elle, voir jusqu’à son maitre : Greyback. De ce fait, elle permettrait au ministère de mettre la main sur une personne ressource de l’armée de Voldemort et elle assouvirait enfin une partie de ses projets : rendre à Greyback la monnaie de sa pièce. Elle se demandait malgré tout pourquoi Ambroisia avait laissé des traces aussi évidente de son passage : une simple erreur ou voulait-elle l’embarquer dans un piège ? Rebekah savait qu’il fallait qu’elle se méfit. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher d’aller vérifier ses sources. La jeune femme transplana donc de son bureau vers une ruelle peu fréquentable où un épicier tentait tant bien que mal à vendre ses produits. Entrant dans la boutique, Rebekah fronça les sourcils. Qu’est-ce qu’un mangemort pouvait bien chercher à cet endroit ? Haussant les épaules, la jeune sorcière se dit qu’elle avait encore énormément de chose à apprendre sur les réflexions des mages noires. Ils avaient une logique et un raisonnement complètement opposé aux siens. Un jour, peut être, elle parviendrait à les comprendre pour mieux les traquer. Se présentant à l’épicier, elle l’interrogea sur la venue d’Ambroisia. Au fur et à mesure de l’interrogatoire, quelque chose gênait la jeune Auror. L’homme qui se tenait devant elle, avait un air absent, presque éteint. Cet air ne pouvait être qu’un effet secondaire du sort Imperium. Enervée, Rebekah se mordit si fortement la lèvre qu’un gout de sang envahi sa bouche. Elle venait de se prendre au jeu d’Ambroisia. Les traces qu’elle avait laissées, étaient là pour que quelqu’un tombe dans le panneau et la cherche au mauvais endroit, et Rebekah avait foncé tête baissée. Un sentiment d’échec l’envahit et elle resta immobile quelques instants. Depuis le début de la semaine, elle avait réussi en collaboration avec son ami, Matt à retrouver deux mangemorts aujourd’hui enfermés. Etait-elle moins douée sans son binôme ? N’était-ce pas uniquement grâce à lui qu’ils avaient mis la main sur ces deux mages noires ?

Toutes ces questions s’entremêlèrent dans la tête de Rebekah quand elle rentra au minsitère avec l’épicier. Confiant le sorcier aux infirmières et aux médecins de St Mangouste, elle se dirigea vers le bureau de Matt la mine effondrée. En quelques minutes, elle venait de perdre toute la confiance qu’elle avait en elle. Entrant sans frapper, elle se laissa mollement tomber dans le siège en face de Matt.

-Qu’est-ce qui t’arrive Becca ? Tu en fais une tête...
-J’ai foncé comme une idiote dans un plan préparé de toute pièce par Ambroisia, enfin surement par Greyback, je suis nulle, Matt !


Le nom de Fénir provoqua la même réaction chez les deux sorciers. Matt se leva pour venir s’accroupir devant son amie les mains posées sur les siennes.

-Ton désir de mettre la main sur Greyback a embrouillé ta capacité de discernement mais tu es loin d’être nulle, Rebekah Elizabeth Wolf, tu as compris ! Tu te souviens de ce que l’un de nos instructeurs t’a dit à notre remise de diplôme : tu ne le vois pas encore mais tu es Auror talentueuse ! Personnellement, je le vois déjà, Becca !

Un mince sourire s’étira sur le visage de la jeune femme à l’annonce de se souvenir et du compliment de Matt. Il savait toujours trouvé les mots pour lui remonter le moral et après l’avoir remercier, elle le laissa continuer à travailler et s’éclipsa dans son bureau. Quelques heures plus tard, elle alla prendre des nouvelles de l’épicier qu’elle avait ramené, mais aucun changement ne s’était fait ressentir. Le sortilège d’Imperum était difficile à briser et on n’y arrivait parfois jamais, hormis en tuant le sorcier qui l’a lancé. Observant le bureau se vider progressivement, Rebekah remarqua que la soirée commençait déjà à être bien entamer. Elle passa discrètement la tête dans l’entrebâillement de la porte du bureau de Matt et l’oberva quelques minutes travailler avant de demander.

-Est-ce que tu as bientôt fini ? Demanda-t-elle remarquant que sa question était absurde. Evidemment qu’il n’avait pas encore terminé. Tu me rejoins au Chaudron Baveur dès que tu as terminé !
-Je serai là dans une heure environ, Becca... Tu es sur de vouloir m’attendre aussi longtemps ?

Répondant à la question de Matt par un simple sourire, Rebekah referma la porte derrière elle. Bien entendu qu’elle allait l’attendre. Leur première semaine venait de s’achever et elle ne voulait fêter cela avec personne d’autre. Enfin, elle n’avait personne d’autre avec qui partageait cela. Malgré tout, Rebekah ne ressentait pas un manque. Elle n’était pas entourée d’une centaine d’amis, mais elle préférait que sa vie reste comme elle l’était. Depuis toute petite, elle avait appris à vivre seule, elle ne savait pas ce que c’était de vivre en famille, d’aller à des fêtes d’anniversaire entre amis. Souriant à cette pensée, elle se souvint la fois où Nathan et Matt lui avaient organisés une soirée d’anniversaire pour qu’elle puisse rattraper tout ce qu’elle n’avait jamais fait. Elle n’échangerait pas Matt pour tous les Gallions d’or du monde et elle donnerait tout pour retrouver Nathan. Le seul fait de prononcer son prénom tout bas dans sa tête, apporta des images, des souvenirs que Rebekah tenta de chasser d’un revers de main. Les souvenirs même les plus heureux qu’elles avaient partagés avec Nathan lui rappelaient constamment qu’elle n’aurait plus la chance dans vivre un seul de plus. La mort de Nathan remontait à trois ans à présent, mais la cicatrise qu’avait laissé son départ était toujours à sang incapable de disparaitre, toujours présente dans sa personne.

Le froid glaciale lui coupa le souffle chassant de son esprit ses souvenirs douloureux. Remontant autour de son cou le col de son manteau, elle enfouit son visage dans le foulard qu’elle portait marchant d’un pas assuré vers le Chaudron Baveur. Tournant sur Charing Cross Road, Rebekah ralentit son allure profitant quelques instants encore des quelques flocons qui tombaient sur Londres avant de s’engouffrer dans le bar où la chaleur la fit détendre ses muscles crispés par le froid. Le pub avait cette ambiance calfeutré et mystérieuse que Rebekah adorait. S’avançant vers une table libre, elle commanda un whisky pur malt. Elle en avait bien besoin après cette journée qui avait semblé ne jamais voulu se finir. Remerciant le barman, elle retira son manteau et souffla sur ses mains jointes. Alors qu’elle but une petite gorgée, quelqu’un s’approcha d’elle. Croyant reconnaitre la silhouette de Matt, elle déposa son verre et se tourna vers le nouvel arrivant.

-L’appel d’un verre en ma compagnie n’a pas pu faire le poids contre le reste de ton travail, n’est-ce pas, Matt !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Aaron Johnson
Messages : 70
Patacitrouilles : 31
Je suis : Un adulte
Âge : 20
Ascendance : Sang-pur
Statut : Marié
Camp : Ordre du Phénix
Patronus : Cerf

MessageSujet: Re: "Scars have the strange power to remind us that our past is real"   Lun 17 Sep - 18:48

Fin d’une semaine aussi longue qu’éprouvante ! Mais avec l’Ordre du Phénix, pas de dimanche ni de jours fériés. La veille, j’avais prévenu Lily : Dumbledore m’avait confié une mission qui devait m’occuper une bonne partie de la soirée si tout se passait comme prévu. C’est donc à regret que je m’apprêtais à quitter ma femme et mon fils avec qui j’avais passé une magnifique journée. Ce genre de moments privilégiés se faisaient de plus en plus rares. En effet, Lily passait le plus clair de son temps au siège de la Gazette du Sorcier et lorsqu’elle rentrait, c’était bien souvent juste à temps pour me voir quitter la maison pour rejoindre le QG de l’Ordre. Car c’était à cela que nous consacrions tout notre temps libre, jamais simultanément pour s’assurer du fait qu’il y ait toujours une paire d’yeux pour veiller sur Harry. Certes, Mystie était un elfe de maison absolument remarquable, toujours prête à nous suppléer lorsque la situation l’exigeait. Mais avec la menace qui planait au-dessus de nos têtes depuis déjà cinq mois, nous préférions que l’un de nous deux reste toujours auprès de notre fils. Ce choix impliquait donc quelques sacrifices parmi lesquels celui d’accepter de n’être plus que deux fantômes ne faisant que se croiser chaque matin et chaque soir dans la gigantesque maison de mes parents à Godric’s Hollow.

Alors, lorsque le rédacteur-en-chef de la Gazette avait enfin concédé à Lily sa première journée de congé depuis longtemps, nous avions aussitôt décider d’en profiter pour passer un peu de temps en famille sur le Chemin de Traverse après avoir rendu visite à ma mère à l’hôpital Sainte-Mangouste. Oh, bien sûr, si Lily avait accepté cette période de repos, c’était avant tout pour se remettre de la disparition tragique d’un de ses collègues, une victime de plus dans cette guerre qui semblait sans fin. Alors, c’est à plusieurs reprises, tout au long de la journée, que je vis son regard émeraude s’embuer de larmes. Chaque fois, je m’abstins de tout commentaire. Je comprenais sa douleur. Il n’y avait rien à dire. Je le savais. Elle le savait. C’était ça, aussi, former un couple : être capable de se taire et de laisser le temps au temps.

Assis sur le rebord de notre lit, je laissai derrière moi l’époux et le père que j’avais été tout au long de cette journée pour mieux rentrer dans le personnage qu’il me faudrait interpréter au cours de la soirée. Car contrairement à la mission que j’avais eu à exécuter avec Demelza quelques jours auparavant, celle-ci ne se faisait pas dans l’action à proprement parler, ce qui la rendait théoriquement moins périlleuse. En effet, il s’agissait d’entamer le recrutement d’une jeune auror parmi nos rangs. Elle avait été repérée par Alastor qui, par sa position au Ministère, nous permettait d’identifier de potentiels futurs membres de l’Ordre parmi les sorciers les plus talentueux de ma génération. Cette Rebekah en faisait manifestement partie. Au cours d’une courte entrevue au quartier général, Dumbledore m’avait donné tous les renseignements utiles à ma mission : Rebekah Wolf, 21 ans, jeune femme courageuse mais secrète, loyale et humble, qui officiait depuis peu en tant qu’auror, une carrière qui promettait d’être des plus brillantes. Si mes informations étaient exactes, elle était de sang pur mais avait grandi dans un orphelinat pour jeunes filles dans la région de Devon, ce qui l’avait sans doute préservée d’une éducation axée sur l’importance de la pureté du sang sorcier. Trois ans auparavant, alors qu’elle était sur le point d’épouser un certain Nathan Greene, celui-ci avait été sauvagement assassiné par le lycan Fenrir Greyback, un épisode de sa vie qu’elle ne semblait pas parvenir à surmonter – et à sa place, qui l’aurait pu ?

D’après les informations communiquées par Alastor, Rebekah semblait particulièrement proche d’un des membres de son équipe au bureau des aurors, un certain Matt qui semblait être son meilleur ami. Aussi avais-je commencé par guetter la présence du jeune homme au ministère, plusieurs soirs d’affilés pour faire quelques croquis de lui et mémoriser au mieux son apparence. Et ce soir-là, devant le miroir de la chambre, ma baguette pointée sur mon visage, j’usai de quelques sortilèges de métamorphose basique pour transformer mon apparence physique et la rapprocher au mieux de celle du meilleur ami de Rebekah Wolf. Car je savais combien la similitude des traits avec une personne connue et aimée pouvait mettre en confiance une potentielle recrue de prime abord sur la défensive. Voilà comment mes cheveux virèrent soudainement au blond tandis que mes yeux s’éclaircissaient eux aussi. Restait la question des lunettes sans lesquelles il m’était impossible de voir quoique ce soit. Je décidai finalement de leur appliquer un sortilège d’invisibilité avant de les mettre à nouveau sur mon nez. Je contemplai alors le résultat, satisfait. Car l’objectif était double : certes, je voulais mettre Rebekah en confiance mais je tenais surtout à dissimuler ma véritable identité, à sa vue mais également à celles des curieux qui pourraient assister à notre entretien. Le monde des sorciers savait qu’une société secrète résistait à Lord Voldemort et que Dumbledore en était probablement à l’origine. Mais nous tenions à garder secrète l’identité de nos membres pour nous protéger au maximum.

Après avoir embrassé Lily et Harry, je quittai la maison en fin d’après-midi pour transplaner devant une ruelle sombre. Là, je jetai ma cape d’invisibilité sur mes épaules et commençai à guetter l’arrivée de Rebekah. Elle ne tarda à transplaner, conformément à ce à quoi je m’étais attendu. Cela faisait plusieurs semaines que les membres de l’Ordre la filait à tour de rôle. C’est ainsi que nous avions su qu’elle était sur les traces d’Ambroisia Dolohov et de Fenrir Greyback. C’est aussi de cette façon que nous comprîmes qu’elle était sur une fausse piste laissée par la disciple du lycan. Mais elle finirait bien par le découvrir par elle-même et c’était manifestement pour ce soir… Le mélange de colère et de déception qui sembla agiter la jeune femme alors qu’elle comprenait enfin le subterfuge me conforta dans l’idée que la cause pour laquelle elle se battait – se débattait ? – était noble. Elle était sincère dans son engagement. Sincère et déterminée. Deux qualités essentielles à tout membre de l’Ordre. En la suivant jusqu’au QG des aurors, je compris qu’elle comptait passer son début de soirée au Chaudron Baveur. Son ami Matt, lui, ne semblait pas disponible. L’occasion était rêvée !

Voilà comment je finis par pousser la porte du bar, quelques minutes plus tard, débarrassé de ma cape d’invisibilité cette fois-ci. Mon « déguisement » était toujours aussi imparable, un jeune homme blong aux yeux clairs : l’opposée de mon apparence originelle. D’ailleurs, la ressemblance avec Matt devait être saisissante puisque Rebekah elle-même sembla s’y perdre.

-Bonsoir, Rebekah…, murmurai-je avant de me laisser tomber sur la chaise face à la jeune femme. On dirait bien que Greyback t’a encore joué un mauvais tour. Mais moi, je sais où le trouver. Et crois-moi, les informations dont disposent le bureau des aurors sont infimes comparées aux miennes...

J’avais volontairement adopté un ton à la fois sûr et mystérieux. Je n’avais pas cherché à me faire passer pour le meilleur ami de Rebekah, c’était inutile. En tant qu’auror, elle aurait remarqué la supercherie bien assez vite. Non, tout ce que je voulais c’était me montrer convaincant, percutant, en éveillant tout de suite la curiosité de notre potentielle future recrue. C’était chose faite. Aussi levai-je un bras en direction du serveur pour commander un verre de whisky pur feu.




¤The last enemy that shall be destroyed is death...¤

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Candice Accola
Messages : 11
Patacitrouilles : 11
Je suis : Un adulte
Âge : 21
Ascendance : Sang-pur
Statut : Célibataire
Camp : Pro-Dumby
Métier : Auror
Patronus : Loup

MessageSujet: Re: "Scars have the strange power to remind us that our past is real"   Mer 19 Sep - 14:37


-Matt !!

Se relevant en sursaut de son sommeil, Rebekah avait eu ce nom à la bouche. La main posée contre sa poitrine, elle pouvait entendre son cœur battre à s’en déchirer la poitrine. Ce dernier regard que lui avait adressé Matt, ce dernier regard avant de définitivement perdre toute l’humanité qu’il avait en lui pour devenir loup garou. Greyback l’avait transformé. Rebekah avait été témoin de se massacre, et ce rêve était si... Réelle.

-Matt !

Affolée, Rebekah tapotait tout autour d’elle. L’obscurité régnait dans la pièce et elle ne distinguait rien à un mètre. Une angoisse monta en elle et elle eut l’impression que l’air lui manquait. Où était son ami ? La veille au soir, elle lui avait demandé de rester avec elle n’étant pas encore capable de s’endormir sans la présence rassurante de son ami depuis le décès de Nathan. Etait-il parti ? Ou, son rêve n’était que l’avertissement de Greyback pour lui signifier qu’elle était seule à présent. Son rêve était-il un simple souvenir dans l’esprit de Greyback qu’il avait eu la gentillesse de lui faire partager ? Pourtant, Rebekah aurait parié que Matt s’était endormi à ses côtés la veille au soir. Devenait-elle folle depuis la disparition de Nathan ?

-Rebekah ? Se fit entendre une petite voix derrière la porte fermée.

La jeune sorcière ne devenait pas cinglée. Cette voix à la fois roque et apaisante était celle de Matt. Repoussant d’un geste à la fois tremblant et rapide, Rebekah s’avança vers la porte pour l’ouvrir. Le regard océan de Matt se posa sur elle avec interrogation lorsqu’il découvrit la jeune sorcière tremblante. Instinctivement et sans chercher à comprendre, Matt serra Rebekah contre lui, lui chuchotant que tout allait bien. Il n’était pas rare depuis la disparition de Nathan, que Matt retrouve Rebekah dans cet état et il aurait voulu trouver une solution, mais il n’y en avait aucune.

-Il t’avait transformé... Ton regard avait...
-Ca n’arrivera jamais, Becca, tu m’entends ? Jamais !


Matt accompagna Rebekah dans le salon et la laissant s’asseoir dans le canapé, il alla lui préparer une boisson chaude. Aussitôt revenu, le jeune sorcier l’attira vers lui pour qu’elle se blottisse à ses côtés. Quelques heures après, Matt s’endormit malgré lui laissant Rebekah, seule éveillée. A cette époque, la jeune femme avait encore peur de Greyback. Le regard qu’il lui avait lancé avant de transplaner la hanter jusqu’à dans la journée sans qu’elle puisse y faire quelque chose. Matt lui avait dit que cela passerait avec le temps, mais l’attaque des mangemorts remontait à deux mois à présent. Elle ne pouvait pas continuer à se terrer et à greloter à la simple pensée de ce lycan. Observant la fumée de son thé qui réchauffait son visage, Rebekah prit une décision. Il était temps qu’elle sorte. Se relevant sans réveiller son ami, elle enfila des baskets et alors qu’elle était sur le point de tourner la poignet de la porte d’entrée, la voix de Matt la retint.

-Reb’ ? Qu’est-ce que tu fais ? Demanda-t-il d’une voix encore endormi.
-Je vais courir, rendors-toi.
-Tu vas sortir toute seule ?
-Il est temps que je reprenne confiance en moi, Matt ! Et j’ai décidé que ce serait aujourd’hui. Greyback a déjà gâché la vie de Nathan, je ne veux pas qu’il continue avec la mienne ainsi que la tienne. Au contraire, je veux qu’il paye pour ce qu’il nous a fait !
-Je viens avec toi,
dit-il en se levant.

Sans réellement le formuler, les deux amis venaient de se faire une promesse. Une promesse qui dicta leur choix durant les trois années qui suivirent cet épisode et qui va continuer à dicter leurs actes jusqu’à qu’ils obtiennent justice.

***

Remuant son verre pour faire tinter les glaçons, Rebekah sourit à la pensée de ce souvenir. Matt et elle revenaient de loin et étrangement, ils le devaient à leur pire ennemi : Greyback. Elle avait beau le détester, sans lui elle ne serait pas assise à cette table et elle ne serait définitivement pas Auror.

Perdue dans ses pensées, l’arrivée de la personne qu’elle pensait être Matt, l’a sorti de ses songes. Articulant un large sourire à l’attention de Matt, elle déchanta rapidement lorsqu’elle ne reconnut pas son ami. Malgré tout, il y avait matière à se tromper. En effet, la personne qui venait de s’asseoir en face d’elle, avait les mêmes cheveux en bataille blond de Matt et le même regard océan dans lequel elle se serait bien perdue durant de longues heures. Fronçant les sourcils, Rebekah fut surprise par l’intervention de l’inconnu.

-Comment est-ce que vous savez que... Commença-t-elle avant de se mettre aux aguets et à regarder autour d’elle. Je ne sais pas qui vous êtes, ni pour quelle raison vous êtes ici, mais laissez-moi vous dire quelque chose : je n’aime pas qu’on me suive alors si vous voulez bien...

Puis elle indiqua la direction de la sortie au jeune homme avec un regard noir. Malgré tout, elle se souvint des paroles qu’il avait prononcé hormis le fait qu’il était au courant de son échec par rapport à la recherche de Greyback. Fronçant les sourcils tout en dévisageant le jeune sorcier assis devant elle, Rebekah se méfiait. Il semblait mystérieux mais il n’avait pas l’air bien méchant. Malgré tout, Rebekah ne retira pas son regard noir de son visage : il connaissait son prénom, les travaux sur lesquels elle travaillait en ce moment et Merlin seul, sait quoi d’autre. Elle n’avait pas encore cerné le personnage et ne pouvait pas savoir s’il était digne de confiance.

-Attendez un peu... Comment est-ce possible que vous ayez plus d’informations que le ministère ? Permettez-moi de douter de votre seule parole contre un organisme en lequel je crois. Ensuite, il est possible que vous ayez des informations supplémentaires que je serais heureuse que vous partagiez avec moi, mais dites-moi une chose d’abord : d’où est-ce que vous les tenez ? Les informateurs que j’ai pu découvrir en une semaine n’ont pas été capable de me donner un endroit précis où je pourrais trouver voir même simplement chercher Greyback. Qu’est-ce qui me dit que vous n’êtes pas un pantin à la solde des mages noirs pour m’attirer à nouveau vers une fausse piste ?

Rebekah était bien décidée à ne pas refaire les mêmes erreurs que durant la semaine qui venait de s’écouler. Si le jeune homme avait des informations fiables, elle voulait connaitre ses sources. En temps normal, elle l’aurait simplement renvoyé, mais il avait attiré son attention. Elle était persuadée qu’il n’était pas un sous-fifre des mages noirs, mais elle voulait l’entendre de sa bouche.




"Les expériences douloureuses de notre passé contribuent à forger ce que nous sommes aujourd'hui..."
W. Glasser



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Aaron Johnson
Messages : 70
Patacitrouilles : 31
Je suis : Un adulte
Âge : 20
Ascendance : Sang-pur
Statut : Marié
Camp : Ordre du Phénix
Patronus : Cerf

MessageSujet: Re: "Scars have the strange power to remind us that our past is real"   Ven 12 Oct - 15:10

Tandis que je me heurtais de plein fouet à la méfiance de Rebekah, j’esquissai un sourire amusé. Dumbledore ne s’y était pas trompé, cette fille n’était pas de celles que l’on manipulait facilement, une qualité indispensable pour tout futur membre de l’Ordre du Phénix. Il me faudrait donc déployer des efforts considérables pour mériter sa confiance ! A cette pensée, je sentis mon sourire glisser presque instantanément de mes lèvres. Il y avait une raison au fait que Rebekah soit autant sur la défensive. Oh, bien sûr, en tant qu’auror, ce genre de précautions devait faire partie de sa formation ! Mais je restai persuadé du fait que son expérience personnelle la rendait plus prudente que la plupart de ses collègues. Après tout, n’avait-elle pas assisté à la mort de son fiancé ? Or, cette pensée ne prêtait vraiment pas à sourire. Pire encore, elle trouvait un écho dans mon esprit. Car depuis ce jour où Rogue était venu me tenir informé de la prophétie, il ne se passait pas une nuit sans que je n’assiste à la mort de Lily et de Harry dans mes cauchemars. Cette pensée, m’arracha un long frisson tandis que je fermais les yeux un instant, le temps de me ressaisir.

C’est à ce moment-là que le serveur m’apporta mon whisky pur feu. Le remerciant d’un simple signe de tête, je portai aussitôt le verre à mes lèvres, provisoirement apaisé par la douce brûlure provoquée par le liquide doré le long de ma trachée. Puis, je reportai mon attention sur Rebekah. Bien entendu, je comprenais son désarroi. D’après mes informations, elle faisait partie des sorciers les plus brillants de notre génération, ayant excellé à Poudlard et décroché leurs ASPIC haut-la-main. Sorcière des plus talentueuses, elle était, selon toute logique, raisonnable et pragmatique ce qui la poussait à avoir foi en l’action du Ministère de la Magie, symbole inébranlable de la puissance du monde des sorciers. Seulement voilà : depuis déjà quelques mois, les têtes pensantes du Royaume-Uni semblaient complètement dépassées par les évènements et refusaient d’admettre la gravité du conflit qui secouait le pays. Pire encore, il semblait que quelques mangemorts aient réussi à s’infiltrer dans des départements stratégiques pour mieux paralyser le système de l’intérieur. Pour ma part, j’étais très pessimiste quant au sort du ministère : d’ici quelques semaines – quelques mois tout au plus – il tomberait définitivement sous la coupe de Voldemort. Voilà pourquoi il était grand temps de recruter les talents comme Rebekah, pour ne pas les voir massacrés par les rangs ennemis.

Lorsque la jeune femme eut mis fin à une série de questions qui me donnaient la sensation d’être victime d’un interrogatoire au quartier général des aurors, je reposai mon verre vide sur la table avant de tirer ma baguette de ma poche. Puis, je l’agitai discrètement en direction des tables avoisinantes. Ce sortilège, c’était Rogue qui me l’avait appris – l’un des rares avantages que j’avais pu trouver au fait de le voir rejoindre nos rangs. Grâce à cela, je pouvais être sûr du fait que notre petite conversation resterait secrète. Satisfait, je posai à nouveau mon regard sur Rebekah.

-Je suis un ami de Dumbledore, déclairai-je simplement, certain du petit effet qu’aurait cette phrase sur mon interlocutrice. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il est le seul que Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom ait jamais craint et qu’il commence à organiser la Résistance. Vous étiez l’une de ses plus brillantes élèves et votre brillant début de carrière parmi les aurors ne lui a pas échappé. Alastor Maugrey dit le plus grand bien de vous. J’ai donc été chargé de venir vous parler.

Je choisis volontairement de marquer une pause, pour donner à Rebekah l’occasion de digérer cette série d’informations et me laisser ainsi le temps de commencer un autre verre tout en interrogeant la jeune femme du regard sur ce qu’elle souhaitait elle-même commander. Puis, je repris :

-Je sais que votre dévouement envers le Ministère n’a d’égal que la foi que vous avez en son action mais je dois vous tenir informée du fait qu’il ne s’écoulera pas longtemps avant que l’institution dans son ensemble ne tombe entre les mains des mangemorts. A ce moment-là, il sera trop tard pour agir et vous serez en danger. Or, le monde des sorciers a besoin de talents comme les vôtres. Voilà pourquoi vous devez nous rejoindre.

Là encore, je marquai une pause, hésitant, avant de rajouter :

-Je connais votre histoire. Je sais ce que vous avez traversé. Et croyez-moi, j’ai des raisons toutes personnelles d’avoir de l’empathie pour vous. Si un mangemort avait tué ma femme et mon fils et si j’avais la possibilité de le retrouver pour les venger, je n’hésiterais pas une seule seconde ! Je peux vous aider à retrouver Greyback ! m’exclamai-je en la fixant intensément, penché vers elle avant de prendre à nouveau du recul et de conclure : Vous n’êtes pas obligée d’accepter, bien entendu. Si vous renoncez à cette proposition, je ferai en sorte que vous n’ayez aucun souvenir de cette conversation et vous n’entendrez plus jamais parler de nous.




¤The last enemy that shall be destroyed is death...¤

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Candice Accola
Messages : 11
Patacitrouilles : 11
Je suis : Un adulte
Âge : 21
Ascendance : Sang-pur
Statut : Célibataire
Camp : Pro-Dumby
Métier : Auror
Patronus : Loup

MessageSujet: Re: "Scars have the strange power to remind us that our past is real"   Ven 2 Nov - 9:58

Rebekah n’était pas dupe, elle savait que le Ministère était sur le point de tomber entre les mains de Voldemort, mais elle ne voulait pas y penser. Cette grande instance, symbole de la sorcellerie anglaise ne pouvait pas se faire infiltrer de la sorte. Malgré tout, la jeune femme n’était pas aveugle : elle voyait bien ce qui était en train de se tramer et elle redoutait le jour où les choses prendront forme. Matt et elle savaient qu’une résistance se formait, mais ils n’avaient pas encore pu l’approcher, ni même confirmer son existence. Allaient-ils les sauver ? Allaient-ils sortir de l’ombre au moment où Voldemort attaquerait ? Toutes ses questions hantaient parfois les nuits de Rebekah. Elle s’était jurée de détruire tous les mangemorts pour que plus personne n’ait à souffrir de leurs attaques. Allait-elle pouvoir tenir cette promesse ? Elle en doutait parfois…

Commandant elle aussi un whisky pur feu au serveur, Rebekah soutenait le regard de son interlocutoire en attendant des réponses. Elle fronça légèrement les sourcils lorsque celui-ci lança un sort qui permit de leur donner un peu plus d’intimité et d’empêcher les oreilles baladeuses d’entendre leur conversation. Allait-il réellement lui donner des informations cruciales dans son enquête ? Se redressant sur sa chaise, le jeune homme venait de canaliser toute son attention et elle attendait, pendu à ses lèvres qu’il reprenne la parole. Ses premiers mots eurent l’effet d’une bombe à l’intérieur de Rebekah. Elle ne savait pas comment réagir. Un flux trop important d’information venait de lui être donner et elle se savait pas si elle allait être capable d’y mettre de l’ordre. Le jeune homme faisait partie de la Résistance montée par Albus Dumbledore et il l’a chargé de venir lui parler. Rebekah était flattée d’avoir attiré l’attention d’un sorcier aussi puissant, mais elle n’eut pas le temps de s’attarder sur ce point, elle se concentra sur la suite du discours du jeune homme. Hochant la tête, elle se mordit la lèvre inférieure alors qu’il confirmait les rumeurs qu’elle et Matt avaient entendues : le Ministère était sur le point de tomber et les Aurors présents n’allaient pas payer cher de leur peau si les mangemorts les attrapaient. L’inconnu qui se tenait devant elle, lui proposait de rejoindre la Résistance. Allait-elle accepter ? Le monde autour d’elle disparut quelques instants laissant place à ses souvenirs et au visage de son fiancé. Cette image lui revenait souvent à l’esprit lorsqu’elle perdait espoir, ce sourire, ce regard… Si elle ne le faisait pas pour elle, elle lui devait au moins cela. Elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour le venger et le jeune homme semblait pouvoir l’aider, la Résistance allait pouvoir l’aider.

Alors que le jeune homme reconnut connaitre son histoire, Rebekah loupa quelques respirations. Elle n'aimait pas parler de son passé malgré la grande part qu’il prenait dans son présent. Fronçant les sourcils, elle reconnut dans le regard du jeune homme la rage qui l’habitait. Qu’est-ce qui lui était arrivé pour qu’il soit ainsi ? Quelle menace pesait sur sa tête pour qu’il prenne les choses à cœur de cette façon ?

Ce fut à ce moment que le serveur apporta la boisson de Rebekah. Portant immédiatement le verre à ses lèvres, elle ferma les yeux alors que la douce brûlure provoquée par le whisky pur feu l’apaisait, lui permettant de remettre de l’ordre dans ses idées. Fixant intensément le jeune homme, Rebekah reprit la parole.

- Retrouver Greyback est l’une des dernières choses qui me permette de me réveiller le matin et de continuer à vivre, déclara-t-elle simplement le regard perdu dans le fond de son verre avant de changer de ton en reposant le verre devant elle. Je serais honorée et fière de rejoindre Dumbledore dans la Résistance qu’il monte contre Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Les idées de ce grand sorcier sont les raisons qui m’ont poussé à devenir Auror, parmi d’autres…

Un mince sourire se dessina sur le visage de Rebekah. En entrant dans ce pub plus tôt avec la tête emplie d’idée noire et de sentiments d’échec, elle ne pensait pas trouver une cause à défendre, un groupe à rejoindre, une place dans cette bataille qui s’annonçait prochaine.

- J’ai des millions de questions à vous poser sur la Résistance, Dumbledore, les renseignements que vous avez, etc. Mais il y a une chose que j’aimerais savoir avant tout. Vous semblez me connaître : moi, mon parcours autant scolaire que professionnel, ainsi que mon passé, mais je ne sais rien de vous. A qui ai-je l’honneur ? Vous pouvez me le dire maintenant, non ? Vous n’allez pas m’effacer mes souvenirs étant donné que j’accepte de vous rejoindre.

Plus à l’aise qu’auparavant, Rebekah sentit ses épaules se détendre. La jeune femme était en permanence sur la défensive et prêt à répondre d’une attaque. Greyback était à l’origine de ce nouveau comportement. La Rebekah détendue et posée avait laissé place à une Rebekah plus forte et plus en colère qu’avant l’attaque. Malgré tout, la présence de ce sorcier qui œuvrait dans le même sens qu’elle, détendit Rebekah. D’ordinaire, Matt était le seul à pouvoir lui faire baisser la garde de cette façon. Qu’avait-il de différents des autres personnes ? Peut-être était-ce regard quand il a envisagé la disparition de sa femme et de son fils.

- Pour finir, j’aimerais clarifier une chose avec vous. Vous semblez comprendre ce que je ressens par rapport à Greyback même si je n’arrive pas encore à comprendre comment cela est possible et vous dites pouvoir m’aider à le retrouver. Vous le ferez vraiment ? Ce n’est pas simplement une ruse pour me faire entrer dans la Résistance. Ajouta-t-elle finalement soutenant le regard du jeune homme pour avoir une dernière confirmation de ses intentions de l’aider.

Rebekah avait confiance en un nombre limité de personne et elle savait que cela handicapait ses relations avec autrui, mais elle ne pouvait pas combattre cette partie d’elle-même trop profondément ancré en elle.



"Les expériences douloureuses de notre passé contribuent à forger ce que nous sommes aujourd'hui..."
W. Glasser



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Scars have the strange power to remind us that our past is real"   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Scars have the strange power to remind us that our past is real"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» 07. Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde
» [Nouvelle Règle] Power in Stones (Le Pouvoir des Pierres)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelius Charm :: Angleterre :: Chemin de Traverse :: Le Chaudron Baveur-