Partagez | 
 

 Lou-Ann Moore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Lou-Ann Moore   Jeu 30 Aoû - 20:06



✖ Lou-Ann Moore ✖

Bonjour ! Je m'appelle Lou-Ann Moore sous Nina Dobrev. J'ai 22 ans et je suis né à Beaumont en Amérique avec un sang pur. Je suis une adulte qui a pour métier professeur de danse. Je suis actuellement célibataire et je penche plutôt pour les idées de personne parce que je crois de moins en moins en ce monde qui m'entoure. Mon patronus est alors un loup et mon épouvantard prend la forme de l'eau.




✖ Moi et mon tempéremment ✖
Mes petites définitions !




✖ Mon histoire, Ma vie, Mon bordel ✖
Ce qui fait que je suis moi !



Je vivais…

Certains disent que la vie est un long fleuve tranquille… Si un jour je pouvais chopper l’idiot qui a pu dire ça, je lui ferai passer l’envie de redire des idioties pareilles ! Non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille, mais c’est une rivière, un torrent, une cascade parfois avant de venir se perdre dans un océan. Ma vie est comme ça, et pourquoi serait-elle la seule après tout ? C’est vrai, je ne suis pas seule sur cette terre, et Merlin merci, car il faut de tout pour faire un monde, même moi…

Je m’appelle Lou-Ann Moore, mais par pitié, appelait moi simplement Lou. Pas que je n’aime pas mon prénom, mais je l’ai toujours trouvé un peu trop long, et puis, Lou, j’aime bien, ça me fait penser à mon animal favori, ça me fait penser à l’endroit d’où je viens. Pour la petite histoire, je suis née le 24 mars 1958 à Beaumont. Ne vous en faites pas si cette ville ne vous dit rien, et ne chercher pas sur une carte du Royaume uni, car il faut traverser l’Atlantique pour la trouver. Beaumont est une petite ville de Texas aux États Unis. Les gens y sont gentils, simples, et surtout moldu… Oui, je suis née à la base dans un monde sans magie, mais uniquement par choix de mes parents, car si mon père comme ma mère était sorciers, mon père avait fait le choix de vivre tel un simple pasteur. Ma mère m’avait raconté un jour qu’elle avait fait le choix de fuir l’autorité de ses parents et leur idéaux extrémiste pour vivre l’amour avec cet homme qu’elle avait rencontré lors d’un voyage et qui croyait en un personnage nommé Dieu ou Seigneur, et puis Merlin aussi d’un autre coté, chose assez original. Pour ma part, je n’ai jamais vraiment su lequel des deux placer en premier dans mes croyances, mais aujourd’hui, j’avoue que j’ai bien du mal à croire en l’un ou l’autre de toute façon. En tout cas, j’ai grandit dans un monde calme, doux et d’amour. Fille de pasteur comme on disait, j’étais obéissante et respectueuse des règles, chose qui aujourd’hui ont bien changé quand j’y pense. En dehors de la messe de mon père tout les dimanches, j’ai découvert ce qui sera ma grande passion : la danse. Et oui, après tout, le Texas est connu pour ça non ? Et je dois avouer que sans la danse, je ne sais pas comment je tiendrais aujourd’hui.


Ma première démonstration de magie se produisit à l’âge de huit ans. Heureusement pour nous, ce ne fut pas dans l’église, car j’en aurais fait hurler les vieilles de Beaumont comme mon père avait dit. Non, ça c’était produit juste après la messe, dans le jardin alors que papa faisait des grillades et que maman préparer sa salade de pastèques. Assise sur ma balançoire, j’étais en train de faussement faire une comédie pour que papa vienne me pousser. Je sais, j’étais capable de me débrouiller toute seule, mais étant un peu sa petite princesse, je n’aimais pas le non, chose que je n’aime toujours pas aujourd’hui, même si je sais me tenir. A ma grande surprise, la balançoire se mit à bouger, mais sans l’aide de mon père, sans l’aide de personne. Ce dernier eut la peur de sa vie, ne s’y attendant pas, moi, j’en rigole encore aujourd’hui. Ce jour là, maman m’a un peu plus expliqué ma famille, et j’appris alors que j’avais des grands parents en Angleterre qui n’était pas nous ici, en Amérique, qui avaient des idées bien différentes. A cet âge, je ne pouvais pas encore comprendre exactement de quoi il s’agissait vraiment, et maman avait décidé de me préserver un peu de ce monde plus difficile que de simple mot d’explications. En tout cas, c’était dit, j’étais moi aussi une sorcière, et à l’âge de onze ans, j’intégrais une école de magie non loin en Alabama. Elle n’était peut-être pas autant connu que Poudlard, mais mon cœur fut pourtant des plus heureux quand je mis les pieds en ce lieu. De là, je me découvris, un second talent à part la dance : la magie. Oui, j’étais relativement douée selon mes professeurs, notamment en sortilège et défense.


En troisième année, je fis une rencontre qui bouleversera ma vie… Rain McCormack. Il était mon partenaire de cours, mais un soir, alors que je ne dormais pas, j’avais fait le mur pour aller me balader un peu. J’étais tombée sur lui. Ce n’était pas une blague, mais bien là vérité, car j’avais loupé une marche quelques parts, je ne sais plus trop où. S’il n’avait pas été là, je me serais surement rompu le cou. De cette soirée était née une amitié, et un an plus tard, un amour, mon premier amour. Moi, fille de pasteur, n’allait pas vous imaginer n’importe quoi. Chaste ? Je l’étais et je devais m’employer à le rester, respectant l’éducation que j’avais eue. Il disait la respectée, il disait pouvoir attendre… mais pourtant, je ne pourrais jamais oublier ce soir en fin de cinquième année. J’étais en train de marcher dans le couloir quand un rire attira mon attention… Je le trouvais alors avec une autre fille, ses jambes autour de sa taille, s’embrassant au limite de l’indécence. Un premier amour peut faire mal, et je l’avais compris bien alors assez tôt. Depuis ce jour, les choses changèrent, ma vie changea et moi aussi…


Le plus marquant fut cette nuit de novembre alors que j’étais en sixième année ; j’étais revenu pour le week-end chez papa et maman pour voir mon dernier cousin. Il pleuvait beaucoup, et papa avait du mal à voir la route. Et il y eut ce pont… La rivière était déchainée, mais papa tenta qu’en même de passer. Je ne sais plus à quel moment la voiture fut emportée. L’eau monta, monta et monta encore alors que papa me fit sortir en première… et je fus la seule à sortir. C’est de là que vient ma peur de l’eau, depuis ce jour tragique… J’aurais aimé alors rester à Beaumont, vivre chez ma tante et mon oncle, mais la loi sorcière en décida autrement, ou devrais-je dire, mes grands parents, les parents de ma mère…


Voilà comment je suis arrivée en Angleterre dans un monde qui n’est pas le mien. Voilà comment je suis rentrée à Poudlard en pleine année scolaire dans une maison qui s’appelle Serdaigle. Certain m’appelle la Rouky, d’autre ignore encore qui je suis. Pour ma part, je me sens oppressée ici, alors, je désobéis. La fille de pasteur me semble bien loin comparée à avant, et si je n’ai pas encore commis de péché horrible, je ne peux m’empêcher de désobéir de me braquer face à ceux qui sont devenus mes tuteurs légaux. Où cette histoire me mènera ? Je ne le sais pas encore, et je ne suis pas sure de savoir en quoi croire encore aujourd’hui, mais peut importe, j’avance telle que je suis…




Je t’ai aimé…

Jamais je n’aurai cru que de telles choses allaient m’arriver une fois à Poudlard, et pourtant, le sort semblait en avoir alors décidé autrement. Comme quoi Il ne valait mieux pas avoir des idées sur l’avenir, car de toutes façons, aucun de nous n’était apte à en décider. On décidait pour nous, on décidait toujours pour nous… On avait décidé pour moi et Josh.

La première fois que nous nous sommes rencontré, c’était dans un cachot. Je pensais être loin de tous, seule, et j’avais besoin d’évacuer tout les sentiments que j’avais emmagasiné. Quoi de mieux que la danse alors ? Mais cette danse solitaire avait vite tourné à une danse à deux. Pourrais-je un jour oublier son arrogance tout comme la façon dont le feu avait brulé entre nous ? Il m’avait défiée, réveillant en moi un instinct texan que je pensais avoir bien rangé, et j’étais entrée dans son jeu, étant loin de faire de lui un ami. Un pas, deux pas, et on avait joué au point qu’il éveille mes sens tel un prédateur avant de m’abandonner. Lui comme moi étions bien loin alors de nous douter de ce qui se tramer dans notre dos, et un l’espace d’un soir, il me fit une demande en mariage bâclée à la demande de nos familles. Loin de nous aimer donc, on s’était retrouvé fiancé et pris dans un piège dont on ne semblait pas pouvoir sortir. J’avais pourtant bien essayé, mais il avait refusé mon sacrifice, me montrant alors un monde bien différent, me montrant qu’il pouvait être différent. Damnée… je m’étais alors damnée sans nul doute, car prise au piège de ce baiser sur la joue, prise au piège de la beauté du monde qu’il me faisait découvrir dans nos rares moments solitaires, j’étais tombée amoureuse de lui. Erreur de ma vie ? Faire des erreurs c’est être jeunes non ? Car oui, on était des jeunes, mais des jeunes qui ne pouvaient décider pour eux. Où était alors notre liberté ? L’été arriva vite, mais on ne nous la rendit pas pour autant. Si le premier mois fut à Poudlard, je finis chez lui pour le mois d’Aout, devant faire face à un nouveau combat dans ce monde injuste. Pourtant, on se fit la promesse de gagner notre liberté ensemble. J’aurais pu fuir, mais je l’aimais, et j’avais accepté alors de passer les épreuves, refusant de le laisser seul. Sa famille, sa grand-mère, sa cousine… Que de lutte alors, que de bataille nous fatiguant alors que sans que je ne m’en doute complètement, lui aussi vivait une bataille pour nous deux dont il voulait me préserver.

La date du mariage fut annoncée… le 7 juillet… quelques jours seulement après la fin de nos études, et déjà, on m’apprit à devenir une femme de ce nom, on me prépara à mon rôle d’épouse en quelques semaines tout comme à mon rôle de futur mère, car leur choix était dit, je devais donner la vie dans les temps suivant le mariage pour préserver la lignée. Un bel héritier digne de la beauté de son père et de sa mère comme ils disaient. Il est vrai qu’on formait un beau couple, personne ne le nier, mais tout le monde n’appréciait pas non plus. Elektra, Vesper… N’étais-je pas un objet gênant pour ces filles qui tournait autour de lui ? Josh avait sa jalousie envers moi, empêchant les autres de m’approcher sous peine de subir sa colère, mais moi j’eus aussi la mienne, ce qi n’aida pas lors de cette septième année. Combien de bataille au sein du château ? Pourtant, je fus la pour lui quand il apprit en plein cours la mort de son père. Josh tenait beaucoup à lui, et je le retrouvais un soir caché dans le château à cogner dans les murs. Son père avait toujours été froid, mais qui n’a pas besoin d’un père ? Je l’avais pris dans mes bras, lui disant de se laissait aller, que je serais toujours là pour lui. Cette nuit, on l’avait passé loin de notre salle commune, juste dans les bras l’un de l’autre avant que le lendemain, mes grands parents ne viennent. Ils gardaient le pouvoir, et rien ne changeait selon les plans, bien qu’ils eurent déploré la perte d’un grand sorcier comme ils disaient.

Une autre soirée marquante ? Il y en eu plein, mais la saint-valentin me marqua beaucoup. Il y avait un bal ce soir là, et à ma surprise, Josh m’avait invitée. Heureuse, j’étais alors heureuse, mais c’était sans compter sur les harpies. Il faut croire que l’idée n’avait pas plu à tout le monde, et avant même que je ne puisse le retrouver, je m’étais retrouvée enfermée dans un cachot sans baguette ni lumière. Si seulement le plan c’était arrêter là, Josh m’aurait peut-être retrouvée, mais voilà, il avait été piégé lui aussi, passant la nuit avec une autre qui lui fit oublier de ses charmes mon existence, me laissant donc seul pour ce qui aurait du être une belle soirée pour moi. Je ne sais plus quelle discussion on eut à propos de cela. Il faut dire que ce genre d’explication n’avait jamais été le fort de Josh, et on en avait surement pas parlé d’ailleurs, reprenant juste en essayant d’oubliant.

Arriva le dernier jour, le jour où on fut diplômé, et je crois que jamais je ne pourrais l’oublier. Je n’avais pas vu Josh de la journée, mais comment oublier son regard quand il entra dans la grande salle alors que Dumbledore me demanda dans son bureau. Mes grands parents étaient morts suite à une attaque… version officiel, moi je les soupçonnais surtout d’avoir attaqué des innocents et de ne pas avoir réussis leurs plans pour une fois. En tout cas, tout était là… J’étais majeur, leur seule héritière et c’est là que mon monde s’écroula. Josh vint vers moi alors que j’allais rentrais pour les différents papiers, me disant simplement que tout était annulé, que j’étais libre, et me demandant de prendre soin de moi avant de disparaitre de ma vie pour toujours…





✖ Quelques détails ✖
Même les adultes ont à remplir


♦ Une particularité ?
Il y a-t-il quelque chose de particulier chez moi ? C’est une question pour laquelle je ne suis pas sur de connaitre la réponse. Physiquement, je tiens beaucoup de ma mère, cela ne fait pas de doute. Brune, fine mais pas sans forme, il paraît que j’ai des charmes qui plaisent. Pour ma part, je ne contente juste d’être moi. Si, il y a bien un truc en particulier, mais cela est tout nouveau. Depuis la mort de Robin, je possède en tatouage dans le bas du dos, un ange recroqueviller sur lui-même…

♦ Un animal de compagnie ?
Un chien du non de Balto. Il s'agit d'un jeune husky, encore bébé que Robin m'a offert il y a deux mois de ça, voulant me faire plaisir et voulant que quelqu'un veille sur moi pendant ses missions...

♦ Activités extra-scolaire ?
Mon loisir a toujours été la danse, même si j'ai fait un peu de cheerleading à Poudlard quand j'y étais...

♦ Votre place dans l'intrigue ?
A Poudlard : je n'y suis plus...

A l'extérieur : Puis-je dire que j'appartienne à un camp? Josh était du coté sombre, Robin tout le contraire, mais je ne suis jamais rentré nul part. je suis dans le camp de ce que j'aime, mais vous pouvez dire que je suis neutre. pas que je ne me soucis pas du monde qui m'entoure, mais ceux de mon cœur compte avant tout même si mon cousin voudrait bien me rallier à l'Ordre du Phoenix.



✖ Moi, écrivain ! ✖
derrière l'ordi
Mon pseudo est Liz et je certifie bien avoir plus de 16 ans comme le demande le règlement en affirmant avoir 22 ans parce que je sais que ce forum possède un contexte très sombre. Je tiens alors à dire que ce que j'aime le plus sur ce forum c'est beaucoup de chose pour ne pas dire tout mais que par contre je suis un peu déçu par rien en faite. En tout cas j'ai trouvé le forum à cet endroit : grace à ma femme et qu'ayant bien lu le règlement, le code se trouve être ok by Lils !. Je pense alors être ici dans une fréquence de 5 jours sur 7 environ. Un petit mot pour la fin ? Je vous aime!!!



Dernière édition par Lou-Ann Moore le Mar 4 Sep - 9:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Re: Lou-Ann Moore   Jeu 30 Aoû - 20:09



✖ Suite de l'Histoire ✖



J’ai appris à vivre de nouveau…

J’aurai pu retourner en Amérique, j’aurai pu rentrer chez moi… Après tout, c’était ce que j’avais toujours voulu non ? Mais pourtant, contre toute attente, sans même vraiment savoir pourquoi je pense, j’étais restée à Londres. Oh, je n’avais pas fait le choix de vivre dans le manoir familial non. Cela pouvait déplaire, mais je l’avais vendu, cette bâtisse faisant aussi partie de mon héritage, pour finir par acheter une petite maison dans la campagne londonienne. L’elfe de maison avait refusé de partir lui et je n’avais donc eu pas d’autre choix que le garder avec moi, bien que je lui rende surement la vie plus agréable. La maison n’était pas immense. Elle comportait deux chambres, une cuisine, un salon avec sa cheminée, une terrasse couverte qui donnait sur le jardin. J’appréciais beaucoup ce dernier élément. J’avais récupéré un rocking-chair qui avait appartenu à ma mère et il y avait trouvé sa place tout comme j’y avais trouvé la mienne le soir en buvant une tisane et en regardant les étoiles.

Ma vie solitaire me fit du bien, cependant, j’eus beaucoup de mal à me remettre de ce que j’avais vécu. Josh avait laissé un trou béant dans ma poitrine, trou qui me faisait mal de jour en jour. Comment avait-il pu me jeter ainsi après tout ce qu’on avait vécu ? Il m’avait dit de partir, me rendant ma liberté comme on dépose un paquet. J’avais eu la folle idée de croire qu’il m’aimait. Oui, la folle idée… J’avais été bien naïve d’y croire. Je le payais alors en tentant de vivre malgré tout. Ce que je fis ? Je fus acceptée dans un premier temps en t’en que professeur de danse dans une école pour petite fille. Mon rêve… La patronne était blessée et âgée, et elle voulait quelqu’un pour continuer ensuite, voyant en moi la jeune femme qu’elle avait été avant. Je donnais donc des cours à des petites sorcières, car oui, c’était une école sorcière, et si une chose était sures, c’est que ces petites danseuses m’apportaient du soleil dans ce monde de plus en plus sombre où la guerre grondait dehors.

Ma vie fut ainsi pendant trois ans, jusqu’à ce qu’un jour, je fasse une rencontre que je n’avais pas prévue… Robin. C’était un sorcier de trois ans mon ainé, et on s’était rencontré alors qu’une attaque commençait dans une rue. Il m’avait sauvée, il m’avait protégée… et il continua de le faire le jour suivant, puis l’autre aussi. Jamais je n’aurais cru pouvoir aimer à nouveau, même si je n’étais pas sur que mon amour pour lui fut le même que celui que j’avais… que j’avais eu pour Josh. Robin entra quelques mois plus tard dans l’ordre du Phoenix, mais il refusa que je fasse de même, disant que c’était trop dangereux pour moi et qu’il ne voulait pas qu’il m’arrive quoi que ce soit. Combien de temps avant qu’il ne vienne vivre à la maison ? Combien de temps avant que j’ai le droit à une vraie demande en mariage ? Ce jour là, ça faisait déjà un an qu’on était ensemble, et il me rendit plus heureuse que jamais. Si on avait franchit le pas ? Non, il avait respecté mon choix d’attendre. Je… je n’étais pas prête, je préférais attendre d’être vraiment à lui pour toujours peut-être. En tout cas, on mit un an à préparer notre mariage pour le mois de décembre 1980.




Je te déteste…

Comment à un mois de mon mariage ma vie a-t-elle pu tourner au désastre ? Comment a-t-il pu me faire ça, Pourquoi? Qu’ai-je fais de si mal pour mériter ça ? Et Robin ? Qu’avait-il fait de mal ? Je n’arrive que tout juste à sécher les larmes sur mes joues pour laisser place à ma colère, à ma rage… ma rage envers Josh…

Ce jour là, Robien était partie pour une réunion dans un pub moldu de Londres. Si j’avais su l’endroit, je n’avais pas eu le droit de venir, devant rester à la maison et ayant encore à faire avec les préparatifs du mariage. Au bout de vingt minutes pourtant, je me rendis compte qu’il avait oublié quelques choses et c’est en mettant ma veste que j’étais partie lui porter. Ce ne fut que quand je fus sur le point d’entrer qu’une explosion me propulsa dans la rue avant que des cris de peur et de douleur se fasse entendre. Blessée, sonnée, je trouvais pourtant la force de me relever dans l’idée de trouver mon fiancée. La pièce était ampli de fumée et on y voyait presque rien, pourtant, je reconnu sa voix… Il hurlait, il hurlait de douleur et lorsque je fus proche de lui, c’était trop tard. Deux secondes, à deux secondes, j’aurai pu le sauver… Mais ce qui me glaça le sang, ce fut le regard de son meurtrier, car à travers son masque, je reconnu ses yeux… Comment aurais-je pu les oublier… je m’étais perdu tant de fois dedans, je les avais tant aimés, et même si ils semblaient avoir changer, c’était toujours les siens… ceux de Josh…

Un mois, cela fait un mois aujourd’hui et bien des choses on changée. Max, mon cousin, est venu vivre chez moi dans l’idée de m’aider ; M’aider à quoi ? A me venger… Il m’avait déjà brisée, mais il a fallut qu’il le fasse encore, me privant de celui qui allait devenir mon mari. Il n’avait pas le droit, il n’avait pas le droit de me faire ça, et jamais je n’avais ressentie une telle colère. Alors ? Je le cherche, en secret, discrètement, m’entrainant, me préparant, car j’ai promis une chose sur le tombe de Robin… je le vengerai…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 166
Patacitrouilles : 9
Âge : 0

MessageSujet: Re: Lou-Ann Moore   Mar 4 Sep - 9:25







Validation


Coucou petit nouveau de notre coeur ! Tu vas maintenant être validé sur ce forum qu'est le notre et bientôt tout autant le tiens. Alors déjà avant de commencer voici nos impressions sur ta fichounette :

J'adore comme toujours et c'est parfait ma lou chérie Razz je te valide de ce pas vu qu'il n'y a rien à redire <3 !

Ainsi donc te voilà validé ayant passé les tests sur ce forum avec excellence ! Admis dans la catégorie Neutre. Désormais tu va pouvoir faire ta demande de RP et ta demande de liens. Tu pourras aussi avoir une correspondance par Hibou ou Chouette et ouvrir ton Journal Intime. N'oublie pas alors de recenser ton patronus et autres particularités de ta fiche dans la catégorie rescensement ! Nous te souhaitons en tout cas un bon jeu et bienvenue encore parmi nous !

    « Des heures sombres s’annoncent…
    Bientôt nous devrons tous choisir
    entre le bien… et la facilité. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lou-Ann Moore   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lou-Ann Moore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ambre Moore
» Sam Moore - Pour l'amour d'une vie
» 07. Sometime, sorry is not enough
» Les potins de la télé.
» Le hockey future de la TSHL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelius Charm :: Autour des Personnages :: Les Présentations :: La Liste des Membres-