Partagez | 
 

 Demelza A. Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Avatar : Evangeline Lilly
Messages : 25
Patacitrouilles : 19
Je suis : Adulte
Âge : 21
Ascendance : Sang-pur
Statut : Célibataire
Camp : Ordre du Phoenix
Métier : Prof d'Astronomie

MessageSujet: Demelza A. Jones   Mar 4 Sep - 21:55

✖ Demelza A. Jones ✖

Bonjour ! Je m'appelle Demelza Artémis Jones sous Evangeline Lilly. J'ai 21 ans et je suis né à Londres avec un sang pur. Je suis un adulte qui a pour métier professeur d'Astronomie à Poudlard. Je suis actuellement célibataire et je penche plutôt pour les idées de Dumbledore parce que je veux respecter la volonté de ma soeur. Mon patronus est alors un chat et mon épouvantard prend la forme de ma soeur.




✖ Moi et mon tempérament ✖
Mes petites définitions !

Demelza, ce n’est pas une personnalité qu’on pourrait qualifier d’aimable, dans le premier sens du terme. L’apprécier, c’est très difficile.

Déjà, parce qu’au premier abord elle à l’air revêche et arrogante et qu’au second, c’est encore pire. Elle a des raisons d’être arrogante, sa vivacité d’esprit et ses capacités d’analyse lui donnent une longueur d’avance sur n’importe quel interlocuteur. Elle est extrêmement vive, perspicace et tranchante ; aussi, en plus de dire des vérités par toujours agréables, elle le fait avec un manque de tact qui frôle la cruauté.
Le pire, c’est qu’elle ne le fait même pas exprès. Voyez, son petit problème, c’est d’être un peu attardée socialement. Malgré tous les efforts du monde (qu’elle ne fait pas), un livre lui semblera toujours meilleure compagnie qu’un être de chair. Aussi, elle est maladroite et blessante sans le vouloir. Elle dit presque toujours la vérité lorsqu’on la lui demande mais parlera peu sans y être invitée. La majorité du temps, son regard et son attitude sont de toute façon assez éloquents pour parvenir à la rendre agaçante sans avoir besoin de mots.

Intelligente donc, assez pour en devenir assez arrogante. Elle aime observer les autres de loin, analyser leurs comportements et leurs paroles. C’est un petit jeu, comme un puzzle, de découvrir ce qu’ils pensent et ressentent vraiment. Cependant, ce n’est pas pour autant qu’elle s’intéresse à leur vie. Pour les besoin de sa gymnastique mentale elle recueillera volontiers des informations sur des vilains secrets ou des intrigues, mais ça s’arrêtera là. Elle n’est pas une épaule sur laquelle on vient pleurer ni une oreille attentive. En revanche, elle est toute trouvée si vous cherchez une analyse objective d’une situation (à vos risques et périls, la vérité peut faire mal) ou une discussion argumentée.

Elle a un sens de l’humour un peu particulier qui se traduit principalement par le sarcasme. Ce trait de sa personnalité est cependant devenu plus tranchant depuis la disparition de sa soeur. Depuis cet épisode, elle est devenue encore plus froide et hautaine, cela ne changeant cependant rien à son régime social. Régime social qu’elle conserve parfaitement désert. Pas d’amis, pas de connaissances particulières. Avant, elle se serait autorisé quelques efforts pour essayer d’être aimable (j’ai bien dis essayer) avec certaines personnes susceptibles d’être croisées souvent, mais plus maintenant.

A présent, elle veut seulement remplir sa mission pour Dumbledore, offrir son aide aux résistants, mais ne s’attacher à personne.

A sa grande surprise, elle s’est révélée être un professeur efficace et respecté. Je ne dirais pas apprécié, bien sûr. Cependant, elle dispense son savoir avec intelligence et, habituée à se plier au rythme des autres, est capable de répéter les informations et de les ordonner pour qu’elles soient comprises ; elle est concise, clair et efficace, en somme un professeur tout à fait convenable. Ajoutons à cela qu'elle sait se faire respecter, voire craindre. Son autorité n'est pas un problème, pas plus que sa sévérité lorsque c'est nécessaire. Elle ne fait aucune préférence entre les élèves selon leur maison ou leur milieu social ; tout comme à l'extérieur de l'école, elle ne se permet de juger de la "valeur" de quelqu'un que par ses actes et ses paroles.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, elle n'a aucun mépris pour ceux qui n'ont pas misé leurs qualités sur l'intellect. Bien au contraire, si une compagnie était à choisir, elle préférerait quelqu'un qui ne soit pas en masturbation intellectuelle perpétuelle. Les élitistes de la culture l'ennuient autant que les autres ; seuls ceux qui utilisent leur ruse pour jouer avec les mots parviennent à éveiller son intérêt.

Enfin, j'ajouterais qu'elle a conservé de son milieu social une élégance qui ne s'invente pas. Son attitude, même lorsqu'elle tranchante, est toujours diablement délicate et pleine de prestance. L'avantage d'avoir côtoyé parfois, plus jeune, des milieux où on apprenait à se tenir droite et à sourire sans plisser les yeux. Artémis lui a souvent dis qu'elle ferait une merveilleuse politicienne, que c'était dommage que la petite ne croit en rien. Avec ses manières de lady, sa verve et sa détermination, elle aurait été comme un poisson dans l'eau. Mais, plus de ne pas s'intéresser à ces sphères, Demelza les méprise et refuse de s'en approcher ; d'où sa neutralité d'origine dans cette guerre.



✖ Mon histoire, Ma vie, Mon bordel ✖
Ce qui fait que je suis moi !


« Je n’ai jamais su commencer les lettres, comment les terminer non plus.
Surtout pour te dire quelque chose que tu sais déjà.

Ma si chère petite soeur, mon adorable emmerdeuse, tu es ce que j’ai de plus précieux dans ce monde.
Te quitter est la dernière chose que je souhaite, mais c’est nécessaire. Cette guerre que tu penses être aux autres, elle nous concerne aussi. Ce monde est le nôtre, Demelza.
Je sais bien que tu considères qu’être neutre est le meilleur moyen de survivre aux temps sombres qui se préparent, tu as défendu ce point de vue à de nombreuses reprises. Mais je ne peux pas rester à attendre. J’agis pour eux, et pour toi, pour que le futur ne soit pas que fuite et combats. Je crois en la cause d’Albus Dumbledore, j’ai enfin le courage de l’admettre. Tu penses qu’ils sont fous, tous ; tu penses qu’ils vont s’écraser contre l’armée de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom.

Tu as peut-être raison petite soeur, je ne te demanderai pas de revoir tes opinions. Pourtant, je choisis de croire. Je choisis d’avoir le courage de me lancer dans le vide, d’affronter un ennemi sans visage, de défendre ceux dont je ne sais rien, de me battre, enfin. Mais, là encore, je ne te demande pas de partager ce choix. Tu es encore jeune, rien ne t’obliges à participer à cette guerre.
Oncle Deladus saura te protéger, il pourra peut-être même réussir à tenir une argumentation avec toi. Laisse-lui une chance de te montrer qu’il peut veiller sur toi jusqu’à mon retour. Je ne serai pas longue.

J’irai voir Albus Dumbledore pour mettre mes compétences à son service, j’espère qu’il leur trouvera une utilité.

Nous sommes tous libres Demelza ; libres de choisir un camp, comme de faire un pas en arrière.
Personne ne te blâmera pour le chemin que tu emprunteras, moi la dernière. Tu seras seule à devoir assumer les conséquences de ce que tu as fais ou non.

Je t’aimerai quoi qu’il advienne, dans ce monde et dans l’autre,
Et serai, à jamais, ta gardienne et amie.
»

Au dos de la feuille, quelques mots avaient été griffonnée dans une écriture délicate : « P.S. : Ne joues pas de sales tours à Deladus, le pauvre homme a un coeur fragile. »



Demelza avait alors dix-sept ans.
Elle venait d’entamer sa septième année dans la noble maison des Serpentards. Cette lettre, sa grande soeur Artémis l’avait glissé dans sa poche au moment de lui dire au revoir sur le quai de la gare. Tandis que le Poudlard Express démarrait lentement, l’adolescent décachetait déjà la missive ; elle avait fait mine d’ignorer le dépôt mais sa curiosité avait été la plus forte, si tôt les portes du train refermées.

En regardant le paysage défiler par la vitre, son visage reste impassible. Cette lettre, ce foutu bout de papier, elle aurait voulu le brûler sur le champ pour oublier que ces mots avaient jamais été écris. Parce qu’aux prochaines vacances, sur le quai déjà glacé, noir de monde, elle retrouverait son ainée et fourrerait son nez dans la masse de ses cheveux, comme elle le faisait gamine. Et toutes deux parlerait du sale caractère de Deladus, de sucreries et de voyages en préparation. Bien droite sur son siège, Demelza autorisa ses épaules à s’affaisser très légèrement.

Elle avait toujours été dotée d’une intelligence au dessus de la normale. Un esprit fin et pragmatique qui n’autorisait pas les détails comme un « pressentiment » à venir parasiter ses pensées. Pourtant, à cet instant, tandis que le paysage changeait subtilement sous les yeux de l’adolescente, elle sut.
Ce baiser qu’Artémis avait déposé contre sa tempe, juste avant qu’elle n’embarque dans le train, était le dernier. Le parfum de sa soeur, cette fragrance épicée unique au monde, semblait s’évanouir du monde.

Dix jours plus tard, une lettre de son oncle parvint à Demelza. Elle faisait le récit adouci d’une découverte macabre dans les environs de Londres : la maison d’une famille de sang-mêlé qui avait été attaqué par des partisans du mage noir. Les cibles avaient apparemment été la mère, moldue, et la fille sang-mêlée du couple. Les deux seules victimes de l’affrontement avaient été une sorcière intervenue pour sauver les deux femmes et l’un des attaquants. Artémis avait reçu un sort impardonnable, n’avait pas souffert. Sans son intervention...
Demelza ne lut la lettre qu’une seule fois.
Elle quitta la grande salle sans empressement, retourna dans son dortoir et entreprit d’écrire sa réponse à Deladus. Elle lui demandait de ne pas toucher aux affaires d’Artémis et l’informerait qu’elle serait présente pour les funérailles. La missive était polie, ordonnée, froide et structurée. Son écriture était parfaitement formée et bien droite, comme à son habitude. Seul le dernier mot souffrit d’un très léger tremblement.

En regardant le hibou emporter sa lettre, Demelza autorisa enfin son corps à s’effondrer.

---

Demelza et Artémis représentaient la fratrie d’une famille de sang-purs qui n’était cependant pas grande adepte des traditions et du fanatisme du sang. Leurs parents étaient de grands voyageurs qui, à mesure que les deux filles grandissaient, se firent de plus en plus absents. Bien vite, Artémis et Demelza constituèrent une sorte de famille, un équilibre qui fut ébranlé par la montée en puissance du mage noir. Artémis était une Gryffondor, alimentant perpétuellement ce courage dont elle était si fière. C’était une jeune fille instruite, brillante, mais dont l’intelligence était bien loin d’égaler celle de sa petite soeur.

Demelza avait en effet démontré d’étonnantes capacités intellectuelles dès son plus jeune âge, mettant en déroute nombre d’adultes qui tentaient de tenir une discussion ou d’imposer leur point de vue. En plus d’être futée, elle était dotée d’un fort caractère, pour ne pas dire fichtrement mauvais, qui se manifesta fort tôt. Opiniâtre, déterminée et toujours bien ancrée sur ses positions, elle avait toujours une longueur d’avance sur les autres et cet état de fait lui apporta beaucoup d’ennuis. C’est également ce qui la contraignit à rester toujours assez seule, sa soeur étant la seule personne qui supportait son éloquence tranchante. Demelza était une handicapée sociale, incapable e se souvenir des conventions sociales basiques (ou préférant les ignorer), s’attirant l’antipathie à la vitesse de l’éclair. La maison des serpents convenait tout à fait à son esprit habile et détaché, à ses manières de lady démoniaque et son tempérament calculateur.

Artémis, c’était tout le contraire. Cultivée, courageuse, agréable et souriante. Elle avait les cheveux en bataille et l’uniforme toujours froissé ; contrairement à Demelza qui avait toujours une chevelure parfaitement lisse et des vêtements impeccables. La grande soeur avait des amis loyaux et quelques petits amis (loin d’être acceptable selon l’avis de la cadette) et démontrait de grande qualités en Quidditch. Elle n’était pas particulièrement populaire mais avait une joyeuse vie d’adolescente, chaleureuse et colorée.

Malgré leurs différences, les deux soeurs étaient proches. Elles se connaissaient et s’acceptaient, se protégeaient mutuellement.


---

Après la mort d’Artémis, Demelza ne retourna pas vivre chez Deladus. Elle termina ses études à Poudlard avec brio puis disparut dans la nature pendant plusieurs mois. Nul doute qu’elle avait décidé, comme elle l’avait maintes fois prédis à sa soeur, de disparaître dans la nature pour échapper à cette guerre dont elle se fichait.

Cependant, la suite des événements fut toute autre. Lorsqu’elle revint après cette absence, une nouvelle décision avait fait son chemin. Elle respecterait la dernière volonté de sa soeur et continuerait ce combat qui, pourtant à ses yeux, semblait perdu d’avance. Peu importait qu’elle perde la vie du côté des perdants, elle se battrait au nom du courage de sa seule famille de toutes ses forces. Elle n’avait rien à perdre, seul comptait le respect de la mémoire de son ainée.

Ainsi, comme l’avait fait Artémis un peu moins de deux ans plus tôt, Demelza alla voir Albus Dumbledore pour lui offrir sa participation, aussi infime soit-elle. Il étudia ses compétences et lui proposa un poste d’enseignant à Poudlard. Certes, elle était une sorcière raisonnablement douée, mais son intellect serait bien plus apprécié à l’école de sorcellerie. Elle avait pour mission d’observer les élèves, leur comportement, en déduire leurs idées. Il n’y avait pas de meilleur tremplin vers les parents ; savoir de quel côté ils penchaient. Egalement, elle serait à même de protéger les élèves et avait l’avantage d’être, d’une certaine manière, neutre. Il fut convenu qu’elle obtiendrait le poste de professeur d’Astronomie qui ne demandait que peu d’heures de cours ; de cette manière, elle pourrait régulièrement retourner à Londres pour enquêter de son côté. Elle est devenue, de ce fait, un membre officieux de l’Ordre ; son statut de sang-pur pourrait être profitable si son affiliation à Dumbledore demeurait secrète.

Faire partie de l’Ordre du Phoenix n’avait jamais été dans ses intentions.
Faire partie du moindre mouvement, parti, groupe, comité, secte quelconque, n’avait jamais été dans ses intentions.
Mais pour sa soeur, pour Artémis, elle était prête à y participer, à cette fichue guerre.

Derniers détails : elle s’est présentée à Poudlard sous le nom de Demelza Artémis Jones, particule à son prénom qu’elle ne possède pas à l’origine.
Elle profite de ses fréquentes excursions à Londres pour enquêter sur le second mangemort présent lorsque Artémis a été tuée, celui qui aurait lancé le sort impardonnable avant de s’enfuir. Pour l’instant, elle a épuisé toutes ses pistes.



Pour ce qui est de ses relations sociales, le chapitre sera plutôt court comme vous l'avez deviné.
Petite, Demelza était tout à fait satisfaite de passer son temps entre livres, expériences bizarres et activités avec sa soeur ; entretenir des relations amicales aurait été fastidieux, surtout compte tenu des efforts qu'elle doit déployer pour se plier aux conventions sociales. En entrant à Poudlard et plus particulièrement à Serpentard, elle eut l'espoir de rencontrer des esprits intéressants, dirons-nous. Disons, des personnes qui auraient apprécié tout autant le jeu des mots et des doubles sens. Il n'en fut rien. A l'époque, le mage noir n'était encore qu'un murmure discret dans les soirées mondaines de sangs-purs, pourtant son influence se pressentait déjà. L'attitude des élèves de sa maison se modula au fil des années pour devenir plus élitiste et méprisante. Demelza évita donc de prendre position dans la petite guerre des maisons et vécu toute sa scolarité assez tranquillement.

Sa septième année fut légèrement différente des autres, puisque c'est au cours de celle-ci que sa soeur Artémis disparut. Demelza passa tout son temps libre, jusqu'en Juin, à enquêter sur l'identité de celui qui avait ôté la vie à sa soeur. A dix-huit ans, après l'obtention de son diplôme, elle disparu dans la nature pour suivre les différentes pistes. Le moindre indice fut étudié avec soin et mis en relation avec chaque détail. Elle voyagea beaucoup sans succès et passa plusieurs semaines dans le nord de l'Irlande pour réfléchir à la prochaine étape à opérer.

C'est là-bas qu'elle fit la connaissance d'un homme avec qui elle entretint une relation qui dura jusqu'à son départ. Leur liaison se construisit autour de leur blessures respectives et leur amour du savoir et de la finesse d'esprit. Ils s'accordèrent autant que se déchirèrent et leur liaison fut de ces histoires où la passion est aussi créatrice que destructrice. Au cours de ces semaines, ils partagèrent beaucoup, mais pas leur noms. D'un commun accord, ils ne souhaitaient pas se revoir ni tenter de prolonger leur relation. Ils partageaient cette vision cynique des relations humaines et ne voulaient rien gâcher de leur entente. Demelza quitta l'Irlande et cet homme avec un regret qu'elle tenta d'oublier. Cette histoire lui avait donné le courage de continuer le combat de sa soeur, de se battre aux côtés d'Albus Dumbledore. Un peu avant ses vingt ans elle revint donc en Angleterre, la suite vous est déjà connue.

Au cours de ces dernières années, après son retour, elle a eut quelques histoires sans lendemain avec des sorciers qui ne présentaient aucune perspective d'avenir. Elle ne souhaite pas s'attacher et choisit toujours des partenaires qui partagent cette envie ou ne représentent pas le risque de l'émouvoir.

✖ Quelques détails ✖
Même les adultes ont à remplir


♦️ Une particularité ?
Elle n'a aucun don en particulier, si ce n'est son intelligence développée très tôt déjà et sa propension à la solitude.

♦️ Un animal de compagnie ?
Elle possède le vieux hibou qui suit sa famille depuis un moment déjà. Il se somme "Filibert" et a quelques ratées dues à son âge avancé ; ceci étant dis, dans l'ensemble, c'est un compagnon agréable et plutôt joli à regarder. Attention cependant aux coups de becs quand il ne vous connait pas.

♦️ Activités extra-scolaire ?
Nope, être professeure occupe déjà assez de son temps. Elle assiste de temps en temps aux matchs de Quidditch pour la forme, sans soutenir une maison en particulier.

♦️ Votre place dans l'intrigue ?
Professeure à Poudlard, elle est aux premières loges lorsque les élèves se retrouvent atrocement mutilés. Elle enquête de son côté, comme le lui a demandé Dumbledore, mais n'a rien découvert.

A l'extérieur : Elle fait secrètement partie de l'Ordre du Phoenix. Je précise secrètement car son affiliation restant officieuse, elle pourra être une cible potentielle pour le recrutement des partisans du mage noir. S'infiltrer dans ses rangs, même à petite échelle, pourrait constituer un atout.
Au niveau de ses convictions, elle serait cependant neutre, distante comme à son habitude. Si elle a décidé de prendre part au conflit, c'est pour respecter la mémoire de sa soeur qui avait décidé de se battre aux côtés de Dumbledore.


✖ Moi, écrivain ! ✖
derrière l'ordi
Mon pseudo est Liz et je certifie bien avoir plus de 16 ans comme le demande le règlement en affirmant avoir 22 ans parce que je sais que ce forum possède un contexte très sombre. Je tiens alors à dire que ce que j'aime le plus sur ce forum c'est l'intrigue principale et l'atmosphère mais que par contre je suis un peu déçu par rien du tout. En tout cas j'ai trouvé le forum à cet endroit : par James sur Le Temps des Maraudeurs et qu'ayant bien lu le règlement, le code se trouve être Scroutt à pétard qui pue. Je pense alors être ici dans une fréquence de plus ou moins tous les jours pour l'instant. Un petit mot pour la fin ? Hm... Brumisateur ! Saltimbanque ! Coriandre ! Maldavinisophiractor ! red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 166
Patacitrouilles : 9
Âge : 0

MessageSujet: Re: Demelza A. Jones   Mer 5 Sep - 13:08







Validation


Coucou petit nouveau de notre coeur ! Tu vas maintenant être validé sur ce forum qu'est le notre et bientôt tout autant le tiens. Alors déjà avant de commencer voici nos impressions sur ta fichounette :

Rien à signaler ! J'adore ta façon d'écrire, comme d'habitude ; ton histoire est originale, intéressante et cohérente, bref : c'est parfait ! =)

Ainsi donc te voilà validé ayant passé les tests sur ce forum avec excellence ! Admis dans la catégorie Ordre du Phénix. Désormais tu va pouvoir faire ta demande de RP et ta demande de liens. Tu pourras aussi avoir une correspondance par Hibou ou Chouette et ouvrir ton Journal Intime. N'oublie pas alors de recenser ton patronus et autres particularités de ta fiche dans la catégorie recensement ! Nous te souhaitons en tout cas un bon jeu et bienvenue encore parmi nous !

    « Des heures sombres s’annoncent…
    Bientôt nous devrons tous choisir
    entre le bien… et la facilité. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Demelza A. Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» Mercedes Jones - Say I am Wonderful !
» Kathleen Jones
» Né en 17 à Leidenstadt de Fredericks, Goldman, Jones...
» Joana Jones *

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelius Charm :: Autour des Personnages :: Les Présentations :: La Liste des Membres-