Partagez | 
 

 Le prix de ma vengeance... /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Le prix de ma vengeance... /!   Jeu 6 Sep - 12:45




Josh Z. O'Connor & Lou-Ann Moore
Bienvenue dans notre sujet ! Nous interdisons l'intervention d'une personne extérieur ou de la Gazette du Sorcier pour l'intrigue. Le début de ce rp est située le 10 décembre en ce matin (attention, au fur et à mesure du rp ces informations peuvent toujours changé au bon vouloir du joueur Wink ). Le temps a décidé de nous offrir de la neige..

Le RP se déroulle dans la demeure de Lou-Ann Moore prêt de Londres, le jour où son mariage aurait dû avoir lieu






prisonnière de tant de choses....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Jeu 6 Sep - 12:46




Josh & Lou

« n’est pas prêt d’être payé »


L a nuit était déjà tombée sur les ruelles de Londres. La froid et la neige présente ne coupaient rien face aux ténèbres qui s’étaient installés. Froid… il faisait froid… l’atmosphère était glaciale, comme présageant ce qui allait arriver.

« Tu es sure de vouloir aller jusqu’au bout ? On peut encore tout arrêter, on peut encore rentrer… »

Max présent à mes côtés, je pouvais sentir son regard sur moi bien que le miens fut bien ailleurs. Tout arrêter, tout stopper… Non, je ne pouvais pas. Cela faisait des semaines que je me préparais à ça, et plus décidée que jamais, je n’étais pas prête à faire marche arrière. Je ne pouvais pas… pour Robin, je ne pouvais pas.

« On s’en tient au plan… »

Ne bougeant pas, on resta alors dans la ruelle, attendant en silence sans bouger jusqu’à ce que des silhouettes se dessinent. Mon attention se porta pourtant bien plus tard que sur la dernière qui fit son apparition que bien plus tard… un… Je respirais un instant pour calmer les battements de mon cœur… deux… je sortis ma baguette en silence sous l’attention de Max… trois…. Un éclair vint illuminé la ruelle l’espace de quelques instant…

~~~~~~


J’étais assise à la table à manger quand la porte d’entrée s’ouvrit sur mon cousin. Dévoilant son visage caché par la capuche de sa cape, il avait les traits tirés, signe de sa fatigue, mais lorsqu’il me montra un parchemin, je sus qu’il avait réussi. Il vint déposer un baiser sur ma joue avant de s’assoit en face de moi, déposa sans cape pleine de neige dans l’entrée. L’hiver s’annonçait vraiment sombre et glaciale décidément. Le jour disparaissait si vite… Pour moi, j’avais pourtant comme l’impression de ne plus voir la différence, étant dans la nuit depuis un mois bientôt. C’était comme si je n’avais pas été capable de voir le jour depuis sa mort, ma haine assombrissant encore plus le monde qui m’entouraient au fur et à mesure que les jours défilaient. J’avais changée, même Luc me l’avait dit. Aussi étrange que cela puisse être, on était devenu de très bons amis depuis Poudlard, et il avait été la pour me soutenir depuis la mort de mon fiancé bien que le sujet de son assassin soit presque tabou. Pas dans le sens où je ne voulais pas entendre parler de lui non, mais ma colère était telle que j’en étais rendu là aujourd’hui, et Luc avait peur pour moi, ne m’ayant jamais vu comme ça. Lui, le mangemort, avait peur que je sombre de trop d’en l’obscurité… Il n’était jamais venu quand Max était là, après tout, ils étaient dans les camps opposés… Comment avais-je su pour Luc ? Je n’avais jamais été bête, et je n’avais pas eu besoin de grand-chose pour deviner, tout comme pour l’assassin de mon futur époux… Un simple regard avait suffit.

« J’ai pu obtenir toutes les informations qu’on voulait, si bien qu’il sera bien là où on l’avait prévu. Il ne faut plus que suivre le plan. Je peux m’en occuper seul tu sais, tu n’as pas besoin de venir… »
« Non j’irai, c’est à moi de le faire… »
«Je resterai qu’en même avec toi, je ne veux pas qu’il t’arrive malheur, je me le pardonnerai jamais… »

Je finis par me lever avant de jeter un regard vers la porte qui menait au sous sol… Bientôt… Je finis ensuite par sortir sous le porche pour me poser dans ma chaise et regarder les étoiles. Je ne pleurais plus, j’avais déjà versée trop de larmes, c’était fini, et j’étais bien décidée à aller jusqu’au bout…

~~~~~~


Il était dans la pièce du sous seul, attaché à cette chaise et encore inconscient depuis plusieurs heures maintenant. La porte de métal qui fermait sa prison avait de quoi le retire tant qu’il n’avait pas de baguette. Je m’étais bien entendu assurée de l’en priver avant de le laisser là, seul. Dans la cuisine, je tâchais de garder mon calme alors que mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine. Ma main tremblait peut-être un peu, mais pourtant, je me persuadais que j’étais sure de moi. C’était juste que le revoir… C’état étrange. Trop de souvenirs était venu en moi, si bien que je n’avais presque pas dormi. Des souvenirs heureux ? Non, pas spécialement. Il était à l’origine de tellement de douleur en moins que je n’arrivais même plus à avoir des pensées agréable sans qu’elles ne tournent à la douleur. Max arriva alors du sous sol, me regardant avec ce regard qui en disant long sur le souci qu’il se faisait pour moi. Pourtant, je présentais bien. Un jean, un débardeur noir… les très peut-être un peu tirés.

« Il commence à reprendre connaissance… »

Un simple hochement de tête de ma part et je pris ma baguette pour la coincée dans mon dos dans mon jean. Respirant un instant en haut des marches, je finis par descendre comme si je descendais en enfer. Pourtant, cela n’allait pas être le mien. Max m’accompagna, mais devant la porte, je lui fis comprendre que je voulais y aller seul. Il hésita, mais me connaissant, il finit par céder et remonter dans la maison. Je finis alors par poser ma main sur le métal froid avant de pousser la lourde porte. Nos regards se croisèrent sans masque pour de vrai pour la première fois depuis longtemps…

« Tu n’aurais jamais dû… et pour une fois, tu vas payer pour ce que tu as fait… »
fiche par century sex.






prisonnière de tant de choses....


Dernière édition par Lou-Ann Moore le Jeu 13 Sep - 11:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Cam Gigandet
Messages : 17
Patacitrouilles : 15
Je suis : Un Adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang pur
Statut : Célibataire
Camp : Mangemort
Métier : Oubliator
Patronus : J'en ai pas

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Ven 7 Sep - 15:18


Le prix de ma faiblesse pour toi

Sonné… Un peu dans le gaz je me demandais ce qu’il s’était passé. Je ne mis pourtant pas longtemps à comprendre quand je vis Lou sur le pas de la porte. Attaché sur une chaise les mains dans le dos menotté de je ne sais quelle façon, impossible de m’échapper. Et pourtant fou que j’étais je ne m’étais peut-être jamais senti aussi bien. C’était étrange comme sentiment… La voir… Voir cette colère dans ces yeux… Cette façon dont elle m’avait attaché... Elle me haïssait, je le lisais bien dans ses yeux et pourtant oui j’en étais heureux pauvre fou que j’étais. Pourquoi autant de bonheur ? Avais-je fini par péter un câble dans cette guerre ? C’était bien plus complexe que ça… Elle me détestait… elle me haïssait… elle montait un plan pour me détruire… elle me considérait donc… elle pensait à moi encore… je faisais parti d’une façon ou d’une autre encore de sa vie et s’il fallait payer et souffrir physiquement pour qu’elle me regarde de nouveau alors qu’elle se déchaine… Qu’elle me punisse… Qu’elle se défoule… Peu m’importait, en attendant sa vengeance était là, son désir de me faire payer aussi fort que mon amour pour elle. Elle ne m’ignorait pas… ça serait bien plus douloureux pour moi que tout ce qu’elle pourrait me réserver. Qu’elle me menace… Qu’elle me dise que je n’aurais pas du. Que j’allais payer. Je n’attendais que ça de toute façon. Et si elle venait à me tuer ? A quoi bon de toute façon sans elle. J’avais mis du temps pour le comprendre… je peinais encore à le saisir…

La regardant sur le pas de la porte j’allais morfler et je le savais mais ça ne serait rien comparé au sentiment avec lequel je peux vivre jour après jour. Ce besoin d’elle… Ce refus de reconnaitre l’évidence. Cet amour qui me tue un peu plus. Cette jalousie dont je peux faire preuve pour elle. Je le sais, oui aujourd’hui je le sais. Elle est la femme de ma vie. Pourtant encore aujourd’hui je n’agis pas comme il faudrait. Je n’ai jamais su. Toujours un peu maladroit et si macho je n’ai jamais supporté me plier face à elle. Là encore je ne le faisais toujours pas. Je pourrais lui demander pardon ou m’excuser mais jamais ça ne sortira de ma bouche. Serais-je à ce point crétin ? Et pourtant je l’aimais… oh oui je l’aimais d’un amour fou et dévastateur. Où es-ce que ça allait nous mener ? Je ne savais trop encore.

Caressant presque les cordes qui me retenaient depuis tout à l’heure je finis par comprendre en les sentant se desserrer un peu à un mouvement qu’elles n’étaient pas attachées par magie. Erreur de sa part ? Soulagement de la mienne ? Un mouvement… un autre… puis encore un… Mes mains trouvaient la sortie finalement de l’enchainement et quand elle se rapprocha de moi je pu me lever sans prévenir joignant ses lèvres aux miennes pour la plaquer contre le mur sans prévenir. Ma main tenant de force son poignet, je donnais un coup qui du lui faire mal, la forçant finalement à lâcher sa baguette qui tomba au sol. La coinçant ainsi de cette façon je n’en étais pourtant pas si brutal que ça. Ma main lâcha la sienne pour glisser le long de sa peau remontant son bras en douceur avant de se poser sur entre sa joue et son cou tenant finalement son visage pour la forcer à subir ce baiser. Mes lèvres se mêlant aux siennes malgré elle et mon corps tout contre le sien je lui faisais subir les supplices d’un cœur indécis. C’était comme recommencer de nouveau… La salir encore une fois comme si ça ne suffisait pas. Encore une fois à tout gâcher… Encore une fois à ne pas retenir la leçon… Encore une fois où je n’étais pas capable de tourner cette page l’en ayant forcé à le faire pour elle. J’avais tort et je le savais. Il était bien trop tard pour revenir mais c’était bien plus fort que moi.

Lou à ma merci il serait si simple alors de prendre sa baguette et transplaner pour m’enfuir. De nature pourtant si peu raisonnable, sentir son parfum enivrer de nouveau mes sens ne m’aidait pas à me concentrer correctement. En silence… sans un mot… mes lèvres ne lâchant pas les siennes malgré elle, je pensais au passé qui venait me rattraper alors qu’il était bien trop tard. Mon autre main ne tenant pas son visage avec force la maintenait de force contre le mur de son bassin avant de se poser sur sa cuisse non pas dans un geste osé comme l’on aurait pu le penser mais juste pour la maintenir une fois de plus. Restant dans cette position frôlant le chaud et le froid avec elle, les mots finirent par sortir :

JOSH Je ne voulais pas te blesser. Je ne l’ai jamais voulu… Mais…

Mais quoi ? Mais tu m’appartiens… Je te sens à moi bien plus que jamais tu ne l’as été. Je ne finis par ma phrase pourtant la noyant dans ses lèvres que je venais de capturer de force de nouveau comme dans le passé. Sans savoir y résister je la voulais plus que jamais. Qu’elle me frappe… Qu’elle hurle… Il y a si longtemps que je n’avais pu l’approcher ou la regarder correctement que là si proche d’elle… à ma merci finalement je ne savais me contenir. Je n’ai jamais su le faire. Chérie ne me pardonne pas cet affront quand mon corps finalement contre le tien ne sait plus où s’arrêter et que ma main qui était juste sensée te retenir vient remonter sur ton bassin dangereusement d’une façon dont tu n’aurais pu imaginer. Trouvant de nouveau rapidement mes marques dans un jeu de forces sans lui demander son avis je ne lui laissais même pas le temps de pouvoir dire un mot par mes lèvres contre les siennes. Mords-moi dans ce jeu si ça te chante. Fais-moi saigner… Je ne m’arrêterais pas. Ton dos glisse contre le mur. Je viens de te soulever par les fesses et d’écarter tes cuisses sans te demander ton avis. Bien plus fort que toi si je veux prendre quelque chose de toi je le prendrais sans hésiter. Fort… impulsif, un peu sauvage mais pas si brutal que ça dans chacun de mes gestes tu retrouves le Josh qui a croisé ta route dans cette salle de classe vide à Poudlard pour la première fois. Me laisseras-tu alors si facilement agir sans réagir ? Ce baiser qui n’en finissait plus allait-il se clôturer de ta part par une vilaine morsure. Tes lèvres trouveront-elles un échappatoire pour hurler ou protester ? Ton corps dira-t-il non alors que le mien ne veut que le tien ? Oh Lou pardonne-moi de n’être qu’un imbécile qui fait plusieurs erreurs dans le passé, qui en refera surement mais qui malgré tout, malgré ce qu’il dira ou fera, ne peut que t’aimer d’une façon dont jamais tu n’aurais pu espérer…
© fiche créée par ell





Oui j'ai potentiellement des sentiments et je suis peut-être encore plus potentiellement jaloux et un peu dérangé sur les bords. Et alors ? Es-ce de ma faute si depuis le jour où je l'ai vu elle me rend dingue ?!

D.C. de Lily R. Potter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Sam 8 Sep - 21:52




Josh & Lou

« tu ne fais que l’effleurer »


Me retrouver face à lui… Cela faisait si longtemps à bien y penser… Pour ainsi dire cinq ans et je ne savais expliquer ou décrire la sensation qui prit part de moi quand mon regard croisa le sien. Combien de fois avais-je plongé mes yeux pour me perdre dans les siens ? Combien de fois y avais-je trouvé refuge avant de trouver un refuge plus grand encore dans ses bras ? Combien de fois avant qu’il ne vienne tout briser ? La dernière fois que j’avais croisé son regard, le mien était embué de larmes, le sien inexpressif alors qu’il m’annonçait que le contrat était rompu et que je pouvais partir, que je n’avais plus à être dans ses pattes… Aujourd’hui pourtant, j’avais pour lui un regard que je n’avais jamais eu avant. Tant de haine, tant de colère… et pourtant, j’étais loin encore de me douter que ce n’était qu’un début. Jamais je n’avais connu ce sentiment qui malgré moi pouvait devenir bien plus grand encore. Lui ? Son regard était pour ma part presque arrogant ; il aurait pu baisser les yeux, s’excuser ou autre, mais Josh restant Josh, rien ne sortie de ses lèvres, ses yeux ne se baissèrent pas ni cherchèrent à esquisser la moindre excuse… Il n’avait pas changé, et peut-être une déception pointa dans mon cœur, mais je choisis de l’ignorer tout simplement. A quoi bon y penser, à quoi bon me faire mal avec ça, il m’avait déjà tant fait de mal…

Encore naïve, j’étais loin de me douter de ce qu’il faisait dans mon dos, et c’est baguette en main que je m’approché de lui afin de commencer ce que je voulais faire, me venger, lui faire payer, lui faire comprendre combien il m’avait fait mal alors qu’il n’en avait pas le droit. Pourtant, sans que je ne comprenne ou eu le temps de réagir, il se leva pour ma plaquer au mur et violer mes lèvres des siennes avec brutalité. Sa main serra mon poigner douloureusement et je n’eux d’autre choix que de lâcher ma seule défense alors que sa bouche faisait rempart à mes cris. Une de ses mains vint sur mon coup et immobilisa mon visage afin qu’il profite mieux de son œuvre alors que son corps se colla au mien. C’était étrange… la première fois qu’on s’état rencontré, ça avait été comme ça, et voilà qu’il recommençait avec encore plus de puissance, cherchant à me soumettre quand j’hurlais intérieurement. Sa main sur mon bassin descendit sur ma cuisse, brulant comme ma peau au travers de mon jean à son passage.

«Je ne voulais pas te blesser. Je ne l’ai jamais voulu… Mais… »

J’eus juste le temps de reprendre mon souffle qu’il me mit au supplice de nouveau. Ma main libre sembla se réveiller et je tentais bien de me défendre, mais rien à faire, au corps à corps, il était plus fort que moi, il l’avait toujours été. Je ne perdis pas d’entrain pourtant, le griffant si je le pouvais, mais c’était comme attiser le feu de sa folie et jouer un jeu dangereux sur la mienne. Pourquoi mon cœur s’emballa-t-il ? Le danger ? Oui, ca ne pouvait être que ça, car e ne voulais croire qu’il avait encore une telle sorte d’emprise sur moi. Une échappatoire, je lui mordis alors la lèvre au sang, mais une fois de plus, j’eus l’impression de l’encourager alors que d’une main, il me souleva pour encore plus plaquer son corps au mien. Non, ne rêve pas, je ne nouerais pas mes jambes autour de ta taille… jamais… Mon corps trembla légèrement et ne fit qu’attiser ma colère. Non, je refusais qu’il gagne, je le refusais vous m’entendez ! Il mit fin au baiser, et malgré mon trouble, trouble que je détestais plus que tout, je réussis enfin à agir ou du moins parler…

« Lâche moi ! »

Combien de temps alors… Combien de temps avant que mon corps fut libéré du sien alors qu’il fut propulsé plus loin, moi tombant au sol et récupérant par réflexe ma baguette pour venir la pointer sur lui. Un miracle ? Non, ou peut-être, mais il avait le nom de Max qui vint à mes cotés, ne lâchant pas du regard Josh.

« Lou ça va ? »

Je lui fis oui de la tête, le regard bruant de colère alors que je lui demandais de sortir. Il sembla alors hésiter, mais une deuxième demande sèche et sévère de ma part l’obligea à obéir alors que je me relever en même temps que Josh face à moi. Je ne m’attendais même pas à ce qu’il arrête, et comme pour me prouver que j’avais raison, il tenta un pas de nouveau vers moi. Oui, mais voilà, je fus plus rapide cette fois-ci, et un sort le remis à terre.

«N’y pense même pas… »

Je fis un pas vers lui, et un autre, le pointant toujours de ma baguette alors que je notais la perle de sang au niveau de sa lèvre inférieur, signe de ma morsure de tout à l’heure. Mon regard noir, il n’avait jamais du vraiment le voir comme ça. Ce qu’il m’avait fait m’avait affecté, mais malheureusement, et je refusais de l’admettre, son baiser aussi… Non, je refusais d’être dépendante de lui, je refusais.

« Comment as-tu pu oser… Qu’est ce que je t’ai fais pour mériter ça… »

Ma main tremblait et je me maudissais. Je ne voulais pas perdre le contrôle, mais j’avais encore tant de mal à gérer tout ces sentiments surpuissant en moi… Oui, tant de mal à lui être indifférente, que ce soit en colère ou…

fiche par century sex.









prisonnière de tant de choses....


Dernière édition par Lou-Ann Moore le Dim 16 Sep - 18:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Cam Gigandet
Messages : 17
Patacitrouilles : 15
Je suis : Un Adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang pur
Statut : Célibataire
Camp : Mangemort
Métier : Oubliator
Patronus : J'en ai pas

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Dim 16 Sep - 10:31


Le prix de ma faiblesse pour toi


Que dire sur tout ça… Ce baiser forcé… Mes lèvres regagnant les siennes… Mon cœur qui explosait… Je n’étais pas de nature à la sensiblerie… Je n’étais pas fait pour ces choses là dans cette guerre qu’était aussi la mienne. Pourtant dans l’incandescence des battements de mon cœur je ressentais bien quelque chose. Plus je la regardais et plus je savais à quel point c’était fort. Je ne m’en cachais plus. Je ne le niais plus. Il était inutile de refuser d’admettre ce qui au fond de vous vous fait vivre. Ce que je ressentais pour elle était bien trop puissant. Sans elle… ça n’avait plus d’intérêt. J’errais déjà comme une âme pourtant en peine refusant de faire un deuil qu’il avait pourtant provoqué. Tout était de ma faute. J’avais refusais de voir la vérité en face. J’avais pris peur, j’avais fui. Aujourd’hui je ne pouvais retourner en arrière, plus jamais je ne l’aurais et je le savais. Pourtant au fond de moi je n’arrivais pas à m’y résigner. Un pas vers elle… Elle me recommandait de ne pas y penser. Je voulus faire un autre pas mais… Elle fit elle-même finalement un pas vers moi. Un autre pas encore vers moi… Sa baguette pointée sur moi… Peu importe que je saigne sur les lèvres… Je saigne déjà au fond de mon cœur. Je saigne déjà de cette douleur qui me poignarde jour après jour d’avoir écarté la seule personne au fond dont j’avais besoin.

LOU Comment as-tu pu oser… Qu’est ce que je t’ai fais pour mériter ça…

Sa main tremblait. Je le voyais que trop bien. Pourquoi tremblait-elle ? Avait-elle peur de moi ? Je doutais. Alors quoi ? Es-ce que finalement dans toute cette rage, dans toute cette haine finalement… suis-je le premier amour de sa vie dont elle n’oubliera jamais ? Oh ma belle si tu savais à quel point tu es le mien… Si seulement je savais te le dire, si seulement j’avais les mots pour les formuler, te dire comme je regrette. Peut-être trop fier pourtant je ne fais qu’afficher ce sourire arrogant sur les lèvres. Si j’ai peur ? Mise à part de la voir perdre la vie non. Qu’elle me torture, qu’elle me tue… de toute façon j’étais déjà bien mort depuis le jour où je me suis rendu compte, trop tard, de mon erreur quand elle a reconstruit finalement sa vie. Et maintenant ? Je m’approchais d’elle. Elle me mençait d’autant plus de sa baguette. Tire… Ensorcelle-moi… Fais de moi ta poupée si ça te chante de toute façon je me fous de cette douleur là bien moins lancinante de ton absence dans ma vie. Elle reculait finalement me défendant de nouveau d’avancer. Je recommençais. Ma main se posa sur sa baguette en douceur. Mon regard ne quittait pas le sien.

JOSH Tire… Venge-toi… Fais-moi mal… Tue-moi…

J’attendais finalement que ça, qu’elle cesse cette douleur au fond de mon cœur. Qu’elle me tue finalement, ça sera toujours bien plus doux que ce par quoi je vis aujourd’hui. Elle n’y arrivait pas, je le voyais dans ses yeux et ma main finit par se poser sur la sienne. Mon regard ne quittant toujours pas le sien je finis par récupérer sa baguette en douceur. Mon autre main venait de se poser sur sa joue en douceur comme dans le passé. Nos traits avaient changé. Les siens plus tirés par cette guerre… Les miens vieillis par tout ce mal que j’avais causé. On était là, l’un en face de l’autre. Je ne l’embrasserais pas une nouvelle fois. Je me faisais la promesse que se sera elle qui fera le prochain pas. Je ne voulais pas la meurtrir plus que ce que je n’avais fait. Ça aurait pu être tellement doux… J’aurais pu la regarder pendant tellement longtemps de cette manière en silence mais son cousin ne su résister à la tentation d’intervenir. Je fus pourtant bien plus rapide cette fois-ci. Un regard vers son cousin et le coup partit tout seul ! Le figeant au sol dans une volée, il traversa la pièce. Lou ? Rapidement je posais ma main sur ses lèvres pour ne pas l’entendre. Pointant alors ma baguette en direction de son cousin il était si facile d’éliminer mon ennemi dans cette condition… Si facile…



1 : Josh a le malheur de regarder Lou un instant, perds pied face à ce regard qu’elle a et se résigne à ne pas tirer.
2 : Il commence à dire « avada ke… » et se stoppe en voyant le regard de Lou incapable d’aller plus loin dans ses mots.
3 : Elle lui mord la main pendant qu’il commence à dire le sort de la mort l’empêchant de finir dans la douleur avant de réussir à récupérer sa baguette.
4 : Il veut tuer son cousin avant de finalement avoir une idée malsaine et de lui proposer un marché : sa capture contre la vie de son cousin.
5 : Il finit par repousser violemment Lou avant de transplaner avec son cousin pour la laisser seule.
6 : La tentation de tuer l’homme est violente, un moment d’inattention pourtant et… (tu es libre de faire ce que tu veux).

© fiche créée par ell





Oui j'ai potentiellement des sentiments et je suis peut-être encore plus potentiellement jaloux et un peu dérangé sur les bords. Et alors ? Es-ce de ma faute si depuis le jour où je l'ai vu elle me rend dingue ?!

D.C. de Lily R. Potter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 166
Patacitrouilles : 9
Âge : 0

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Dim 16 Sep - 10:31

Le membre 'Josh Z. O'Connor' a effectué l'action suivante : Les dés

'Dé Aléatoire' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Dim 16 Sep - 18:50




Josh & Lou

« face au prix de mes sentiments »


Il ne fallait pas… Il ne fallait pas que je tremble face à lui, et pourtant, je ne pouvais stopper cette faiblesse de mon bras. D’où venait-elle, je ne voulais pas l’entendre, alors j’en déduisais que c’était à cause de ce qu’il venait tout juste de se passer. Mes lèvres brulaient, ma peau brulait… Comment avait-il pu ? Comment avait-il pu oser faire ça ? Un tel geste ne pouvait qu’attiser ma colère envers lui, mais étrangement, j’étais aussi en colère contre moi de m’être faite avoir… oui… m’être faite avoir une nouvelle fois. Cela lui avait été si facile que j’en rageais en faite intérieurement. Il n’avait eu aucune difficulté à me posséder, à posséder mes lèvres, à maitriser mon corps, me mettant à sa merci… Si max n’était pas intervenu, comment cela aurait-il finit ? Je ne voulais même pas y penser alors que de nouveau seule face à lui, je devais faire face à ce à quoi je m’étais préparée depuis un mois maintenant… ma vengeance… la vengeance de ma douleur et de mes larmes qui avaient trop coulées. En tout cas, j’en étais là, face à lui, le menaçant et pourtant, étant comme bloquée dans mon geste. Pourquoi… Pourquoi avait-il fait tout ça… J’avais le droit à une réponse, il me devait au moins ça, mais là encore, il ne répondit même pas à ma demande, affichant seulement ce sourire qui ne fit pas baisser mon bras. Non, ne me regarde même pas dans les yeux, pas comme ça, tu n’as pas le droit, tu n’as plus aucun droit sur moi, tu m’as déjà assez faite souffrir comme ça. C’est alors qu’il fit un pas alors que je tachais de reprendre la maitrise de ma baguette bien fixe. Non, n’approche pas où je… Il fit alors un pas, je reculais…

« N’avance pas ! »

Ma voix était menaçante, sifflante, cinglante, claquante comme une gifle, mais le regard toujours dans le mien, il fit un nouveau pas et moi… je ne bougeais pas. Pourquoi mes jambes alors ne répondirent-elles pas ? Fichu regard, je le détestais, je le haïssais, je ne voulais pas de ce pouvoir qu’il avait sur moi alors qu’il posa sa main sur ma baguette, la mettant pur ainsi dire contre son torse lui-même alors que moi, j’étais prisonnière de son regard…

«Tire… Venge-toi… Fais-moi mal… Tue-moi…»

Oui, c’était ce que je devais faire, c’était ce que j’avais décidé de faire… Max m’y avait entrainée depuis un moment, bien que j’eus refusé de rejoindre l’Ordre. C’était mon combat, à moi seule de le faire et… J’étais incapable de le faire. Merlin maudit moi, mais je n’y arrivais, parce que… parce que… je n’étais pas comme lui. Je me détestais alors, de ma haine pour lui je passais à une haine pour moi devant la faiblesse dont j’étais capable, faiblesse que je n’étais pas capable de contrôler. Son regard dans le mien… je fus encore incapable de bouger alors qu’il récupéra ma baguette. Son autre main vint sur ma joue et e maudit l’électricité qui traversa mon corps, étant incapable de savoir ce que cela signifiait vraiment. J’eux alors l’impression de faire un bon dans le passé… Tant d’images me revinrent en tête, des images que je pensais avoir oubliées avec le temps, mais voilà, je n’avais jamais oublié. Comment aurais-je pu oublier ce qui m’avait fait revivre quand j’étais en train de disparaitre… Il m’avait pourtant presque tuée ensuite, mais c’était à croire que cela n’avait pas été suffisant.

Tout s’enchaina alors si vite… La porte s’ouvrit sur Max, un sort parti et sans que je n’eus le temps de dire ou faire quoi que ce soit, mon dos fut contre le torse de Josh, sa main sur ma bouche me réduisant au silence alors qu’il menaça mon cousin de ma propre baguette. Comme me réveillant d’un rêve ou d’un sortilège, je tentais de me débattre, mais le bras de Josh était ma prison, me maintenant sans peine contre lui d’une poigne solide. La scène m’horrifia. Max prêt à tirer, Josh d’autant plus… je sentais les faibles battements du cœur de ce dernier et e savais qu’il en était capable. Non, pas Max… Pitié pas Max. Je n’avais pas voulu qu’il s’en mêle, j’avais bien eu raison et je ne voulais pas le voir mourir sous mes yeux. Comment mon regard finit dans celui de Josh… Je ne sus pas, mais le miens était claire… Pitié pas lui, ne le tue pas je t’en supplie… Entendit-il ma plainte ? Entendit-il ma supplique ? Je sentis son hésitation, et une seconde passa, puis une autre et je sus alors qu’il ne le ferait pas… Qu’allait-il se passer alors ? je faisais rempart entre les deux hommes, incapable de bouger… Max allait-il tirer ? Josh allait-il agir ?

Lancé de dé :

pair : Max tente le tout pour le tout et malgré la présence de Lou tire… Josh esquisse un mouvement mais le sort non mortelle touche cependant Lou, la blessant dans l’élan au visage au niveau de la tempe alors que Josh lui fait faire un tour complet pour complet avant de la lâcher et de répliqué pour mettre son cousin hors d’état de nuire. Josh finit alors par récupéré la baguette de Max avant de les faire sortir et de l’enfermer dans ce qui à était sa cellule.


impair : Max tente le tout pour le tout et malgré la présence de Lou tire… Josh esquisse un mouvement mais le sort non mortelle touche cependant Lou, la blessant dans l’élan au visage au niveau de la tempe alors que Josh lui fait faire un tour complet pour complet avant de la lâcher et de répliqué pour mettre son cousin hors d’état de nuire. Josh finit alors par les faire transplaner loin de cet endroit, arrivant dans un simple chambre avec Lou..

fiche par century sex.






prisonnière de tant de choses....


Dernière édition par Lou-Ann Moore le Dim 16 Sep - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 166
Patacitrouilles : 9
Âge : 0

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Dim 16 Sep - 18:50

Le membre 'Lou-Ann Moore' a effectué l'action suivante : Les dés

'Dé Aléatoire' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Dim 16 Sep - 19:30




Josh & Lou

« désarmé de toute force »


Je ne savais plus quoi faire… J’étais coincée, j’étais piégée… Max était au sol, sa baguette en main, Josh le menaçait mais n’avait pas tiré. Moi… j’étais entre les deux et incapable d’agir, n’ayant même plus ma propre baguette. Mon regard alla de Josh derrière moi à Max face à moi, et je n’eus pas le temps de réagir qu’il tenta le tout pour le tout. Il fut rapide, Josh le fut aussi et alors que le sort vint en notre direction, Josh commença à esquiver, me gardant contre lui, mais je ne pus éviter cette douleur à la tempe… Un sort de coupure… Max n’avait pas lancé de sortilège de mort, mais ma tête me fit souffrir alors que Josh me fit faire un tour complet pour contenir l’élan du choc avant de me lancé un sort, mettant max hors d’état de nuire. Pour le reste ? Je n’eus pas le temps de comprendre qu’un tourbillon me donna envie de vomir avant que je n’atterrisse dans un autre endroit… On venait de transplaner…

Lorsque je sentie la terre ferme, mes jambes se dérobèrent sous mon corps et je tombais à terre alors que Josh venait de me lâcher. La pièce tournait encore autour de moi, j’avais le souffle presque coupé et la douleur n’aida pas, mais pourtant, je réussis à attraper ce qui pouvait peut-être ressemblait à un livre pour frapper Josh alors qu’il avança vers moi. Allez savoir où je trouvais cette force, mais je tentais alors de me relever pour fuir vers ce qui ressemblais à une porte. Chose peu aisée alors que je trébuché une nouvelle fois… Une fois de trop alors que Josh m’attrapa pour me ramener à son niveau.

« Je vois que tu es restée la tigresse que tu étais à Poudlard…»

Je voulus lui effacer ce sourire narquois mais je ne réussis qu’à grimacer sous la douleur de ma tempe. Il dut le remarqué et sa main tenta de venir voir mais non, il en était hors de question… Où trouvais-je la force alors, dans l’effet de surprise, Si ma formation pour ma vengeance avait été magique, elle avait aussi était d’ordre physique et je profitais alors de son poids au dessus de moi pour ainsi dire pour le faire tomber d’un jeu de jambe habile avant de tenter de regagner la seul porte de cette pièce. Ma main se posa sur la poignée alors que je découvris qu’elle était fermée… Un sortilège ou je ne sais quoi, mais ma colère n’en fut que plus forte alors qu’il rigola. Gardant alors mes distances, je ne le quittais pas des yeux malgré le trouble de ma vision.

« Laisse moi sortir d’ici tout suite ! »

De geôlière j’étais passé à prisonnière, devant recaler ma vengeance à plus tard vu mon manque de force face à lui… Mais qu’allait-il faire ?

fiche par century sex.







prisonnière de tant de choses....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Cam Gigandet
Messages : 17
Patacitrouilles : 15
Je suis : Un Adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang pur
Statut : Célibataire
Camp : Mangemort
Métier : Oubliator
Patronus : J'en ai pas

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Jeu 20 Sep - 19:53


Le prix de ma faiblesse pour toi


Que dire sur tout ça… Ce baiser forcé… Mes lèvres regagnant les siennes… Mon cœur qui explosait… Je n’étais pas de nature à la sensiblerie… Je n’étais pas fait pour ces choses là dans cette guerre qu’était aussi la mienne. Pourtant dans l’incandescence des battements de mon cœur je ressentais bien quelque chose. Plus je la regardais et plus je savais à quel point c’était fort. Je ne m’en cachais plus. Je ne le niais plus. Il était inutile de refuser d’admettre ce qui au fond de vous vous fait vivre. Ce que je ressentais pour elle était bien trop puissant. Sans elle… ça n’avait plus d’intérêt. J’errais déjà comme une âme pourtant en peine refusant de faire un deuil qu’il avait pourtant provoqué. Tout était de ma faute. J’avais Cette fille était impayable ! Fuir… Pourquoi vouloir fuir… Je ne vais pas non plus la violenter… Je ne suis pas comme ça ! Enfin je crois. Pourquoi cette envie pourtant d’êtrel oin de moi alors que moi je ne souhaite être que là pour elle. Oui je sais il est trop tard. Oui je sais j’ai été souvent bien trop loin, oui je sais encore que je ne la mérite pas mais comprenez… Lou-Ann… Ouha aïe aïe aïe ! C’est Lou ! Oh bébé par pitié ne me jette pas ce regard meurtrier en me demandant de te laisser sortir. Ne recule pas de cette façon méfiante quand je m’approche de toi. Je vois bien la blessure à ta tête et je ne peux te laisser de cette façon. Alors je m’approche de toi… encore… tu recules jusque la porte. Peu m’importe. Peut-être suis-je trop brutal en te choppant rapidement mais j’ai besoin de voir ton état avant que ça ne s’aggrave. Apparemment rien d’important. Je t’attire pourtant de force dans la salle de bain. Tu protestes mais rien n’y fait, je suis le plus fort et tu n’as pas vraiment le choix que de finir par me suivre. Alors là finalement dans la salle de bain alors que ma brosse à dent traine non loin de celle de Vesper qui doit être à une mission pour le seigneur tout puissant. Moi je choppais une compresse. Les sorts pour se soigner c’était le truc de Vesper et non le mien. Elle râlait. Je plaquais ma main de force sur ses lèvres pour la faire taire et appuyer. Elle proteste ? Rien à faire je la soigne comme je peux sous ses gigotements jusqu’à ce que je finisse par perdre vraiment patience :

JOSH Tu te calmes ou je t’embrasse. Au choix.

Moi allé au diable ? Mais ma cher j’y suis presque déjà… Elle peste mais finit par me laisser faire. Me consentant comme je pouvais tentant de regarder uniquement sa plaie et non une autre partie de son corps je m’empêtrais pour la soigner dans les milles trucs que j’avais dans la pharmacie. Merlin mais c’est quoi déjà qu’il faut mettre après avoir tamponné avec de l’alcool ? De la crème ? Ah non Vesper a dit après le désinfectant on met le pansement. Hum. J’ai que des petits… Je finis par prendre une nouvelle compresse. Je sors le bandeau. Je la vois l’air septique. Je finis par sourire navré et lui dire :

JOSH Oui bon je ne suis pas médicomage désolé.

Oui je ne suis pas doué et alors ?! D’habitude c’est Vesper qui fait ! Moi je me blesse et elle, elle soigne c’est aussi simple que ça. Faudrait qu’elle m’apprenne d’ailleurs quelques sorts. Enfin pour l’instant là n’était pas mon importance. Elle allait mieux à mon sens et … les voisins allaient finir par se demander ce que je fais. Je viens de la soulever en sac à patate (quoi c’est bien plus pratique !) pour finir par la poser non sans violence sur le lit. Elle voulut en sortir mais mon regard se fit finalement trop dur pour qu’elle n’en réfléchisse pas au moins un instant avec hésitation avant d’en sortir concrètement.

JOSH Tu dors là ce soir. Et un mot et je dors avec toi…

Magnifique sourire sadique de ma part, j’aimais tout à coup cet optique de l’avoir prisonnière à la maison. Vesper allait criser quand elle allait revenir mais………. Avoir Lou là dans ma chambre à ma merci, c’était bien trop jubilatoire finalement pour la laisser partir d’autant plus que là, personne ne risquait de la toucher…

© fiche créée par ell





Oui j'ai potentiellement des sentiments et je suis peut-être encore plus potentiellement jaloux et un peu dérangé sur les bords. Et alors ? Es-ce de ma faute si depuis le jour où je l'ai vu elle me rend dingue ?!

D.C. de Lily R. Potter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Ven 21 Sep - 18:46




Josh & Lou

« kidnappé sous ton corps »



Je ne savais pas quoi faire… Comme une bête en cage, j’étais prisonnière et furieuse. S’il n’était pas content du fait que je l’ai fait tomber ? Je m’en moquais comme de l’an deux milles. De nous deux, c’était bien à moi de ne pas être contente. Il avait ruiné ma vie, il venait de me kidnapper… je lui jetais ce regard meurtrier, lui ordonnant de ma laisser sortir alors que lui n’avait que cette expression qui me faisait encore plus bouillonner. Je le détestais, lui et tout ce qu’il pouvait représenter, car en plus, comme les choses ne pouvait pas m’être facile pour une fois, il était bien loin de ne rien représenter. Cela aurait pourtant été beaucoup plus facile si j’avais pu seulement l’ignorer, lui être indifférente… Mais non, juste sa présence créait des réactions en moi que je ne pouvais contrôler, et je le maudissais encore plus pour cela ; Il fit un pas, je reculais d’un. Non, me m’approche pas, je te défends de m’approcher, recule… Comme si il était capable un jour de faire ce que je lui dis, il fit un nouveau pas, moi aussi dans la direction opposée. Merlin que je maudis cette porte qui me bloqua et lui donna l’occasion de m’empoigner sans douceur pour me trainer presque vers ce qui se révéla être la salle de bain. Pire qu’une teigne, je me débattais et je faillis commencer à hurler, mais il me réduisit au silence, sa main sur mes lèvres que j’eus bien envie de mordre si seulement cela avait été possible. Coincée entre lui et le rebord du lavabo, il me fit pencher la tête pour voir ma tempe mais déjà rebelle je bougeais de nouveau.

«Tu te calmes ou je t’embrasse. Au choix.»

Il perdait patience ? Tant mieux car ce n’était que le début. Il retira un instant sa main de mes lèvres et je persiflais alors, lui disant d’aller au diable. Je rêve… cela l’amusa… je le détestais Merlin que je le détestais ! Je finis pourtant par ne pas bouger, ne voulant pas avoir ses lèvres sur les miennes. Il tamponna ma tempe avec de l’alcool et la douleur sur le coup m’extirpa une petite grimace. Niveau douceur, il pourrait repasser… et soin aussi. Non mais c’est quoi ce bandeau ?

«Oui bon je ne suis pas médicomage désolé.»

Ca j’avais remarqué. Bon, il avait qu’en même soigné à peu prêt, mais qu’il se brosse toujours pour un merci de ma part, il pouvait rêver. De toute façon, il ne m’en laissa pas le temps qu’il m’attrapa comme un mal propre pour me poser sur mon épaule. Je lui tambouriner le dos de coup de point et il finit par me lâcher avec violence sur le lit. Je m’apprêtai déjà à en sortir quand son regard me stoppa. Avais-je déjà vu un regard si noir chez lui… je finis pourtant par me lever concrètement sans ajouter un mot.

«Tu dors là ce soir. Et un mot et je dors avec toi…»

Mon regard fut surement le reflet du sien, bien que même si je l’aurais voulu tant de noirceur dans mon regard n’aurait pas été possible. J’allais protester, mais je me stoppais alors, me rappelant de sa menace pour finir par commencer à tourner dans la pièce en rond. Cela sembla l’amuser, ce qui m’énerva encore plus. Je vins trouver alors le lit qui était en faite contre le mur avec une fenêtre sur l’extérieur. M’asseyant dessus loin de lui, je ramenais mes jambes contre moi pour l’ignorer complètement. Il sembla rire avant de disparaitre je ne sais où et que je ne jette un coussin vers la porte comme s’il y était encore. Respirant un instant, j’analysais tout autour de moi pour essayer de trouver comment sortir de là. L’étouffer dans son sommeil ? Après tout, si c’était bien lui qui avait jeté le sort sur ma seule issue possible, cela règlerait le problème. Si par contre ce n’était pas le cas, j’étais très mal… Lorsqu’il revint, il tenait une assiette de soupe dans les mains qui me fit grimacer.

« Non merci je n’ai pas faim… »

Comme si cela allait l’arrêter. M’attrapant le poignet, il m’attira méchamment contre lui pour ainsi dire avant de me mettre la cuillère de force dans la bouche. Je fais quoi ? Je lui recrache tout à la figure, Il dut lire mon idée car le regard qu’il me renvoyant m’en défia. Je finis donc rageante par lui prendre l’assiette des mains et retourner dans mon coin pour « la manger ». Je n’avais vraiment pas faim en plus, a fatigue prenant plus le dessus par cette heure tardive, et je finis par délaisser ma soupe sous son regard plein de réprimandes.

« Je n’ai vraiment pas faim… je veux juste me reposer si tu le permets…»

Il posa la soupe je ne sais où pour à ma surprise finir par carrément me faire coucher. Je me débattais sur le coup, manquant de lui en coller une. Non mais pour qui il se prenait !!! Je finis par aller seule dans le fond du lit. Il tenta un mouvement vers moi mais je le stoppais net.

« Ni pense même pas, je te défends de me toucher ! »

Il recula pour cette fois, mais je sentis comme un « pour cette fois peut-être » dans son regard qui ne me plus pas. Recroquevillée sur moi en tout cas, j’eus pourtant bien du mal à trouver le sommeil alors qu’il alla dans le canapé non loin. Lumières éteintes, la pièce étaient dans la pénombre la plus totale, mais pourtant alors que je sombrais, j’avais l’impression de sentir son regard sur moi comme deux yeux dans la nuit de prédateur…

Lorsque j’ouvris les yeux de nouveau, tout était calme, très calme. Il devait surement dormir, mais je n’y voyais rien ; Tenter le tout pour le tout ? Il fallait déjà que je tente de récupérer ma baguette, baguette qu’il avait sur lui. Me levant en silence, j’allais droit devant moi, essayant de rien oublier de ce que j’avais mémorisé de la pièce… Ca aurait pu fonctionner si j’avais mieux évolué mes distances, car voyant trop grand, je finis par tomber sur lui…


fiche par century sex.





prisonnière de tant de choses....


Dernière édition par Lou-Ann Moore le Ven 28 Sep - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Cam Gigandet
Messages : 17
Patacitrouilles : 15
Je suis : Un Adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang pur
Statut : Célibataire
Camp : Mangemort
Métier : Oubliator
Patronus : J'en ai pas

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Ven 28 Sep - 19:46




Le prix de ma faiblesse pour toi


Le poid de son corps sur moi
Mes lèvres sur son corps à elle
Mes doigts frolant lentement ma proie
Mon bassin glissant, qu’il se mêle
Que mon cœur batte pour le sien
Que le sien batte pour le mien

Lentement…
Délicatement…
Simplement…
Sans limite à mon élan…

Elle basculait sous mon corps
Je sentais le mien prendre son emprise
Qu’il ne fasse qu’une bouchée de sa prise
Qu’il te dévore

Crois-tu pouvoir t’en tirer à si bon compte ?
Crois-tu pouvoir arriver à t’en sortir vivante ?
Crois-tu pouvoir échapper à cette possible honte ?
Crois-tu pouvoir jouer les mantes ?
Alors que lentement mes lèvres glissent sur ton corps je pers doucement le contrôle de moi. Puis-je l’avoir eu pourtant au moins l’avoir eu une fois ? Sous l’emprise de Morphée encore je ne suis plus très sure de faire la part entre la réalité et les rêves. Que la température augmente… Que mes lèvres touchent son corps dans une indécence complètement superficielle. Que l’on ne s’épuise pas à tenter de m’arrêter, dans une transe dont seul Morphée avait le contrôle je ne pouvais laisser plus que les premiers instincts agir.

Un craquement.
Un déchirement.
Que se déclenche un hurlement.
Que l’on se débatte affreusement.
Je continuerais de veiller sensuellement.
Partager entre le encore et le stop que faudrait-il me dire pour que tout cela prenne une tournure un peu moins dramatique ? Mais qu’à Merlin cela ne tienne, toujours pas réveillé mon corps pourtant s’animait le laissant simplement prendre possession avant que le soleil ne se lève. Sans aucune hésitation de la peau nue sous mes doigts que tu cries de plaisir ou de haine se sera mes soupires contre ta peau doucement que je soufflerais. Que ma virilité doucement approche un peu de trop la tienne tout se chamboule tout est flou loin d’une réalité pourtant bien présente. D’un rêve trop beau pour être vrai à mon sens, pourquoi ne pas faire simplement ce dont il me plait. Que mes lèvres capturent les tiennes. Que tes dents mordent mes lèvres, que le sang doucement filtre entre nos deux bouches dans un moment de pure inconscience c’était comme doucement adorer ce gout ferreux dans ma bouche que je venais mêler à la tienne. De tes lèvres à ta langue en passant par ton cou je venais à descendre sans te demander ton autorisation. Quelle est ton hésitation ? celle de me céder ou de me résister ? Crois-tu pourtant que ne pas céder à cette tentation qui doucement prend ton corps de toute part n’est pas un mal ? Sens cette puissance dans ton cœur qui bat de plus en plus fort. Hésitant toujours entre la réalité et le songe que pourrait-on de toute façon retrouver à finalement avoir la sensation d’être sur le point de prendre la femme tout simplement que l’on aime tout contre soit ? Claque-moi, réveille-moi, sur le point de prendre possession de toi, je doute être totalement conscient de ce que je suis en train de faire. Dis-moi non. Hurle. Crie. Frappe-moi. Mord-moi. Débats-toi. Réagit. Réveille-moi. Ne tremble pas. Ne me désire pas... Ou je prendrais totale possession de toi…

© fiche créée par ell





Oui j'ai potentiellement des sentiments et je suis peut-être encore plus potentiellement jaloux et un peu dérangé sur les bords. Et alors ? Es-ce de ma faute si depuis le jour où je l'ai vu elle me rend dingue ?!

D.C. de Lily R. Potter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Ven 28 Sep - 20:51




Josh & Lou

« kidnappé sous ton corps »


Je n’eus même pas le temps de réagir que déjà, ses mains attrapèrent mes bras avant que son corps ne nous fasse inverser de place. Ses lèvres étaient déjà sur ma peau alors que j’essayais de lui échapper. Non, laisse moi, ne me touche pas, je t’en défends ! Déjà tes mains sur moi vinrent frôler mon corps frêle prisonnier du tiens, ne faisant que naitre rage et frissons en moi… Non arrête ! Je t’en pris laisse moi ! Je ne me sauverais plus, je n’essaierai plus je le promets, mais je t’en pris laisse moi ! Ne pose pas tes lèvres ainsi sur moi. Mon corps en frissonne quand mon être en tremble de dégout. Je t’en pris arrête !

«Josh… »

Je n’eus pas le temps de dire plus que cette supplique que déjà ses mains ne donnèrent d’autres choix à mes vêtements que de céder sous leur pression. Mon haut, mon jean… jusqu’à mes sou vêtements qui finir au loin sur le sol alors que lui finit tout aussi vêtue que moi, meurtrissant mes lèvres avant de me couvrir de la chaleur de sa peau. J’essayais d’hurler, j’essayais de ne débattre, mais la seule chose que je gagner, ce fut d’écarter mes cuisses comme un libre passage à ses envies. Ta virilité alors fièrement dressant vint avec horreur contre le bas de mon ventre, me frôlant de cette chaleur que je n’étais pas sur de comprendre, de cette chaleur que je n’étais pas sure de maitriser, de cette chaleur que je ne voulais pas éprouver. Je tentais de bouger encore et encore, mais mon bassin ne s’en plaça que plus accueillant. Ses lèvres vinrent sur ma peau une nouvelle fois, remontant vers mes lèvres avant de m’embrasser dans une rage aussi dévorante que passionnante. J’en eu le souffle coupée, mais je réussis pourtant à le mordre alors que haletante, je dus faire face au frisson de mon corps contre sa main sur ma peau remontant vers ma poitrine. Le gout de son sang me vint à la bouche pour la deuxième fois en moins d’une journée alors que de façon contradictoire à mon esprit, le bout de me sein de raidit sous ses caresse. Sa langue rompit la barrière de mes lèvres pour venir jouer avec ma langue avant de l’abandonner pour descendre sur mon peau sans mon consentement. C’était comme me marquer au fer rouge, ma peau brulant à chacun de ses baisers alors qu’une étrange sensation naquit au creux de mes reins quand ma conscience continuait de lutter pour me faire sortir de ce mauvais pas. Mais pourtant, déjà ma force en était amoindrit, et elle manqua presque de se volatiliser quand sa langue vint jouer avec mon mamelons, le mordillant même du bout de ses dents à presque m’en rendre folle… folle de rage… folle de désir… Merlin sauve moi de cette folie je t’en pris, car je n’étais plus prisonnière de lui, mais bel et bien de moi et de ces envies nouvelles qui était en train de me mener à ma perte. Je ne bougeais plus, tremblant à ses gestes sans être capable d’y répondre ou au contraire de le repousser violement. Une de ses mains descendit même entre nos deux sexe pour venir éveiller le miens un peu plus. Je dus luttant pour ne pas emmètre un son alors que ses lèvres montèrent vers les miennes à nouveau, mêlant son souffle au miens alors qu’il allait me faire disparaitre à jamais sous son désir. Je devais le stopper… je devais hurler… je devais le mordre alors qu’il nouvelle fois ses lèvres se posèrent sur les miennes sans pour autant qu’il ne stoppe ses caresse. Oui, j’allais le mordre, j’allais hurler, j’allais le repousser et stopper cet enfer qui allait être mon bucher, et quand je sentis sa langue venir caresser mes lèvres… je lui ouvris cette barrière.

Que Merlin me pardonne, mais incapable de résister aux pulsions d’un corps qui ne semblait plus m’appartenir, ma raison semblait avoir disparue pour laisser place à des sentiments que j’avais peut-être longtemps enfouie… Inexpérimentée pourtant, ma langue vint jouer avec la sienne alors qu’il amplifia d’un coup cet échange avant de passer une main sous mon basin pour le soulever légèrement. La douleur, une larme, un petit cri… suivit d’un feu animé par les mouvements de son corps quand ses lèvres revinrent en attendant sur ma poitrine comme si de rien n’était. Il venait de me prendre la seule chose que je n’avais jamais donnée à quelqu’un et il ne s’en rendrait surement compte que bien plus tard lorsqu’il verra mon sang ayant taché les draps blancs dans lequel il dormait. Mes larmes coulèrent encore, mais mon cri se changeant quand il vint un peu plus profondément en moi, commença alors à me faire découvrir un feu que je n’aurais jamais cru vivre. Je vins griffer son dos, soulagement à ma douleur et ma torpeur face à cette sensation de ne plus m’appartenir. Il me souleva un instant contre lui pour mieux que je lui appartienne encore alors que mon corps s’arcbouta sous la pression de son être en moi. J’avais mal, j’avais chaud, j’avais cette sensation qu’il voulait qu’il arrête mais surtout qu’il continue. Il me reposa sur ce canapé, couvrant son corps du mien alors que mes jambes se levant lui offrir le plus grand accès à mon être. Il accéléra les mouvements de son corps, sa voix devenant roc et son souffle aussi court que le mien. Merlin laisse moi disparaitre alors que je me sentis partir en dehors de mon corps quand il répandit peu de temps après le fruit de son plaisir en moi avant de retomber légèrement sur mon corps… Épuisée, je n’eus la force de bouger de ma position, finissant juste peut-être par trouver le sommeil dans des bras où je n’aurai jamais du être.

Lorsque le soleil vint caresser mon visage, je n’avais pas bougé, mais lui oui. Il n’était plus entièrement sur moi, mais il avait couvert nos corps d’un drap… Drap du lit et non du canapé où nous étions peut de temps avant. Je bougeais doucement en essayant de ne pas le réveiller, et la douleur de mes membres me fit grimacer bien que je tâchais de ne pas faire de bruit et d’hurler. Sortant du lit pour me diriger vers la seule salle de bain qui m’était accessible, je refermais simplement la porte derrière moi avant de voir mon reflet dans le miroir ; Était-ce moi ? J’allumais l’eau de la douche pour aller dessus et prendre le savon et l’éponge afin de l’avait mon corps. Oh premier passage, je me mis à pleurer en silence. Qu’avais-je fait… Que m’avait-il fait… Que l’avais-je laissé faire ? je me sentais honteuse, honteuse de moi-même… je me détester, car si oui il venait de me voler la seule chose qui me restais, je lui avais moi-même servit sur un plateau d’argent sans même le repousser, répondant au contraire à ses ardeur, et je me haïssais alors autant que cela pouvait être le cas pour lui…

fiche par century sex.






prisonnière de tant de choses....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Cam Gigandet
Messages : 17
Patacitrouilles : 15
Je suis : Un Adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang pur
Statut : Célibataire
Camp : Mangemort
Métier : Oubliator
Patronus : J'en ai pas

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Sam 29 Sep - 8:51



Le prix de ma faiblesse pour toi


Un battement.
Une intensité.
Un amour ardent.
Jamais je n’ai aimais
Comme je t’aimerais.
Oh bébé…
Ne m’en veut pas
D’être comme ça avec toi.
Allongé sur le lit jamais je n’avais aussi bien dormi depuis des années et depuis que je l’avais vraiment quitté. Mon cœur soulagé, mes rêves réalisés Merlin existait même pour les plus ténébreux. La tenant pour le reste de la nuit dans mes bras j’aurais pu rester toute ma vie comme ça. Alors c’est ça que j’avais loupé toutes ces années ? On comprenait mieux mes regrets. Pour moi la chose était faite, tout était pardonné, je la regagnais. Et pourtant je me leurrais.

Au réveil quand ma main cherchait son corps je me rendis compte qu’elle n’était plus vraiment là. Que se passait-il ? Je ne me posais pas grande question. Elle avait du se lever bien avant moi et voilà tout. Me levant à mon tour alors, je me rendis compte que ma cousine n’était toujours pas rentrée. Elle avait du aller découcher je ne sais où encore. D’un sens je ne m’en plaignais pas. Elle aurait été capable de tuer Lou pour régler le problème de ma faiblesse une fois pour toute. Longeant l’appartement la tête dans le gaz je finis par me rendre compte qu’elle n’était ni dans la cuisine, ni dans le salon. La chambre de Vesper ? Non plus. Ne restez qu’une seule pièce, la seule fermée. Je me retrouvais devant la salle de bain. Je faillis toquer par réflexe sans réfléchir avant de me demander si c’était une mauvaise idée. Et si ?

Mon corps face à la porte
Mon âme se consumant
Mon cœur mourant
J’avais cette terrible sensation
D’avoir fait de mes sentiments
Sa douce prison
Pour elle, bien trop forte.
Ma main se posa sur la porte. Je me sentais mal tout à coup me sentant malhonnête. Quel était cette promesse de ne jamais dépasser les limites avec elle que je m’étais faite dans le passé. Une nuit. Esclave de mon cœur et de mes pulsions je sentais que je venais de faire quelque chose que je n’aurais du. Je voulais m’en vouloir. Je voulais me haïr mais je n’y arrivais pas. Une différence était présente. J’aurais pu me maudire si… elle avait lutté et que je l’avais forcé. Pourtant… ça n’avait pas été le cas et… m’aime-t-elle encore ? Lou n’était pas ce genre de femmes à laisser un homme prendre possession d’elle sans vraiment l’aimer au plus profond de son être, je le savais pertinemment. Quoi faire ? Quoi dire ? Je devrais m’en réjouir et pourtant je prenais ça malgré tout comme une faute. Trop tôt, trop vif, trop soudain. Qu’avais-je fait ? J’espérais que ça n’entacherait pas notre avenir à jamais.

JOSH Lou… Je… Pardonne-moi d’être aussi con.

Combien de fois encore j’allais lui dire ça dans ma vie ? Combien de fois j’allais m’excuser de mes erreurs sans retenir la leçon à chaque fois ? Je finis par quitter la porte. Je ne tentais même pas d’entrer. Je finis par la laisser pour aller en direction de la cuisine simplement…

© fiche créée par ell





Oui j'ai potentiellement des sentiments et je suis peut-être encore plus potentiellement jaloux et un peu dérangé sur les bords. Et alors ? Es-ce de ma faute si depuis le jour où je l'ai vu elle me rend dingue ?!

D.C. de Lily R. Potter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Dim 30 Sep - 20:33




Josh & Lou

« lavé du poids de ma culpabilité »


Je ne pouvais stopper les larmes sur mes joues, bien que celles-ci soient pour ainsi dire invisible à cause de l’eau qui coulait juste au dessus de moi. Je lavais mon corps encore et encore, mais passer ne serait-ce que ma main sur les parties qu’il avait pu toucher étaient comme me replonger dans ce rêve cauchemardesque, enfin, je le voulais comme ça. Ce ne pouvait être qu’un cauchemar… Moi lui rendant ses baisers, moi tremblant sous ses mains expertes alors que les miennes novices étaient venues sur son torse. Moi m’abandonnant à la douleur et au plaisir qu’il m’avait offert avant de sombrer dans ses bras de sommeil. Comment cela était-il possible ? Non, ce n’était pas possible, je ne voulais pas y croire, cela ne pouvait être vrai… Je voulais ignorer les douleurs de mon corps, je voulais oublier la perte de ma virginité… je voulais que rien de cela n’est existé… Combien de temps alors… Combien de temps passais-je sous cette douche, assise au sol recroquevillée sur moi-même avant de réussir à couper l’eau et en sortir… J’allais devant le miroir alors du lavabo, attrapant une serviette que j’enroulais autour de mon corps avant de regarder mon reflet. Les larmes revinrent alors d’elle-même en silence alors qu’il me sembla entendre un bruit derrière la porte. Je ne sais pourquoi ma main se posa sur le bois de la porte avant que je n’y mette mon dos pour simplement me laisser glisser. Non, qu’il n’entre pas… Je ne voulais pas le voir, je ne voulais pas qu’il m’approche, je ne voulais pas qu’il me touche… Je ne voulais pas devoir souffrir encore une fois…

«Lou… Je… Pardonne-moi d’être aussi con.»

Vas-t-en… Je t’en pris va-t-en et laisse moi disparaitre si je ne peux te faire disparaitre de ma vie… Je n’en peux plus de tout ça… Je te déteste autant que je me déteste moi-même. Je déteste ma vie, je déteste ce qu’elle est devenu, je déteste ce que j’en ai fait. Alors va-t-en je t’en supplie va-t-en… Le bruit de ses pas m’indiqua alors qu’il partie, et pour ma part, je restais un instant de plus sans bouger. J’avais peur, j’avais peur de franchir cette porte de devoir faire face à l’homme dont j’étais prisonnière. Prisonnière comment ? De bien des façons dont certaine que je n’étais pas encore prête à accepter, si cela était seulement possible un jour. Je finis pourtant par me lever une fois mes larmes sèchent pour sortir. Je fis un pas, un seul, et la vue de cette pièce me figea. Des flots d’images me revinrent, jusqu’à la vue de mes vêtements, enfin du moins les lambeaux qui en restaient, car tout était déchiré… tout…

La porte de la chambre était restée ouverte… Après tout, ce n’était pas comme si j’allais pouvoir m’enfuir comme ça en serviette. Respirant dans l’espoir de cacher mes sentiments et porter un masque, j’avançais alors pour arriver dans une cuisine où il se trouvait. Lorsqu’il me vit il tenta un pas vers moi mai je fis directement un pas en arrière en toute réponse. Mon regard était clair, ne m’approche pas… Il ne tenta pas plus mes posa une assiette sur le plan de travail. Non, je n’avais pas faim, et si cela ne le dérangeait surement pas, moi j’avais envie de porter autre chose qu’une serviette…

« Je peux avoir des vêtements ? »

Ma voix n’était pas douce, loin de là, mais pourtant, elle n’était pas non plus comme hier soir, comme marquée d’une douleur que je ne voulais pas montrer… Allait-il au moins m’accorder ça alors que son regard cherchait le mien presque fuyant ?

fiche par century sex.






prisonnière de tant de choses....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Cam Gigandet
Messages : 17
Patacitrouilles : 15
Je suis : Un Adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang pur
Statut : Célibataire
Camp : Mangemort
Métier : Oubliator
Patronus : J'en ai pas

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Lun 8 Oct - 19:15



Le prix de ma faiblesse pour toi


Pourrait-elle avoir des vêtements telle était la question. Notre ingénue regardait son tortionnaire d’une façon qui pourrait laisser pantois plus d’un homme. J’hésitais très fortement. Voulais-je lui donner quelque chose. Je ne suis trop certain. En petite tenue de la sorte ça pourrait laisser rêver plus d’un homme. Moi avec mon sourire un peu sadique sur les bords vous pensez donc pas que je vais louper une occasion pareil.

Ainsi donc l’assiette sur la table je servais une nouvelle pour la mettre en face. T’as le choix ma belle. Tu manges avec moi et je te donne des fringues ou tu restes dans cette tenue qui soit dit en passant me plait grandement. Cette fille allait me rendre dingue mais ce n’était pas vraiment nouveau. Donc me posant devant mon assiette je l’invitais à faire de même. Pas besoin de mots elle comprenait très bien qu’elle n’aura bien tant qu’elle n’aura pas manger. A elle de faire un choix : bouder et filer dans la chambre ou céder et manger pour quelques vêtements.

Qui n’a pas dit que la femme n’était pas un être à éduquer tout autant que l’elfe de maison. Objet de mes désirs on aurait pu penser alors qu’en l’ayant fait cette nuit, en cédant enfin à mes pulsions refoulées depuis des années finalement je n’en ai plus rien à faire d’elle. J’en gardais l’apparance. Pourtant… Je ne pouvais définir ça. C’était plus fort encore. Plus puissant. Plus grand. Putain c’est quoi ce truc que je ressens dans ma poitrine et qui fait boum boum fort fort quand je la regarde ?! En tout cas j’avais la ferme intention de la posséder complètement. Oui oui ça me vient comme ça dès le matin et le pire ? C’est que je lui fais pars :

- // Dans une semaine tu seras mienne. J’ai fait une erreur dans le passé. Je n’aurais du rompre les fiançailles. Quand je vois ce que tu es devenu ça fait pitié à voir. Tu as de la chance que je me dévoue pour te remettre dans le droit chemin qu’est ta condition de sorcière de sang pure.

Je ne lui demandais même pas son avis. J’étais en train de faire le choix de me marier avec elle bâclant une fois de plus les étapes comme une vraie brute. Désolé bébé je ne suis qu’un soldat qui n’y connait rien à l’amour et l’art de parler aux femmes quand il s’agit d’amour. Très bon amant mais piètre amour qui l’aurait cru ?

- // ça te va le jus de citrouille au déjeuner ou tu veux du bacon ou peut-être juste des céréales ?

Je suis ignoble, vous ne le saviez pas ? Maintenant oui…

© fiche créée par ell





Oui j'ai potentiellement des sentiments et je suis peut-être encore plus potentiellement jaloux et un peu dérangé sur les bords. Et alors ? Es-ce de ma faute si depuis le jour où je l'ai vu elle me rend dingue ?!

D.C. de Lily R. Potter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Lun 8 Oct - 20:47




Josh & Lou

« réveillé par tes actes »


Des veêtements… ma demande était assez simple non, Et puis, elle n’avait rien de grotesque ni même d’exagérée. Je voulais juste ne pas rester en serviette, bien que lui sembla apprécier ce nouvel accoutrement. Son regard sur moi me fit frissonner et je me fâchais alors un instant contre moi-même. Qu’il arrête, qu’il arrête ça tout de suite ! Merlin qu’il perde ce sourire sur ses lèvres… J’avais un mauvais pressentiment, et j’étais très loin du compte. I posa une deuxième assiette face à moi cette fois ci, et le message fut très clair, pour ne pas dire l’ordre. Il fallait que je mange si je voulais pouvoir m’habiller. Me retenant de soupirer, je vins donc m’asseoir de l’autre coté du comptoir, m’assurant que ma serviette soit bien en place.

«Dans une semaine tu seras mienne. J’ai fait une erreur dans le passé. Je n’aurais du rompre les fiançailles. Quand je vois ce que tu es devenu ça fait pitié à voir. Tu as de la chance que je me dévoue pour te remettre dans le droit chemin qu’est ta condition de sorcière de sang pure.»

S’il voulait que je mange, c’était loupé. Quoi ?! Il avait de la chance alors de ne pas être à la portée de mon genou, car le coup serait partie tout seul et je manquais d’ailleurs de me faire mal toute seule contre le bois du meuble. Je n’étais pas sa chose, il n’avait pas le droit ! Non, je refusais de devenir sa femme ! Il avait fait une erreur avant ? Et bien qu’il l’assume, mais il était hors de question que je l’épouse. Il pouvait courir pour que je dise oui, surtout vu comment il me prenait. Je n’étais pas une petite chose à cause perdu, et lui encore moins un sauveur. Pourriture, je le détestais, je le haïssais, et les doutes que j’avais alors était bien loin croyez moi. Pour qi se prenait-il, me remettre sur le droit chemin ! j’allais finir par lui remettre les idées bien en place et finir ce que j’avais commencé dès que je le pourrais. Il posa alors un verre de jus de citrouille devant moi comme si de rien n’était.

«ça te va le jus de citrouille au déjeuner ou tu veux du bacon ou peut-être juste des céréales ?»

Ma réponse fut directe et claire, il se prit le contenu du verre en pleine figure. Qu’il ne se plaigne pas, j’aurai pu jeter un couteau… tiens, c’était une bonne idée ça, mais pas la peine de s’attarder là.

« J’espère que tu apprécie la réponse… jamais, au grand jamais je ne serais ta femme ! ma vie allait très bien avant que tu débarques, j’allais même me marier et personne ne semble choqué de qui je suis, maintenant je vais m’habiller, merci pour le jus de fruit ! »

Je ne lui laissais pas le temps de réagir que je partie vers une autre porte ouverte le plus vite possible. Bonne pioche, cela ressemblait à une chambre de femme, et dès que je vis la photo de lui avec la dite propriétaire, je grimaçais… Vesper… pas le temps de trainer, j’ouvrais à contre cœur l’armoire pour la refermer avec horreur. Il était hors de question que je porte ce genre de vêtement. Un carton alors sur le coté de l’armoire attira mon attention et sans plus attendre, le pris le tissu blanc posé dessus pour l’enfiler avant qu’il n’arrive. Enfin arriver… Tut était relatif, car en faite, quand je ressortais de la pièce, il était toujours dans la cuisine en train de manger. J’enrageais, et quitte à tout tenter, j’allais vers la porte d’entrée. Il avait beau être dos à moi, je devinais son sourire alors que je constatais qu’elle était fermée… je cognais alors un coup dedans avant d’allais sur un fauteuil, restant à une distance plus que raisonnable de lui… Cette robe était vraiment trop courte en faite… et c’est tout ce que je portais, mais c’était toujours mieux que la serviette non ? Un silence s’installa alors et même si je ne le regardais pas, je restais sur mes gardes veillant à ce qu’il ne vienne pas vers moi. Je finis, trop nerveuse, par me relever pour aller de nouveau vers cette chambre où la vu des draps à terre me fit bouillonner encore plus. Ce que je fis ? je choppais un truc pour le balancer… Il ne m’aura pas, et je trouverais comment. Ce douta-t-il de mes pensées pour me demander si tout allait bien d’une façon si sarcastique ? Je le vis alors dans l’embrasure de la porte avant qu’il n’entre pour aller vers sa propre armoire.

« Jamais tu ne m’auras, je ne te laisserais jamais faire !»


fiche par century sex.




prisonnière de tant de choses....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Cam Gigandet
Messages : 17
Patacitrouilles : 15
Je suis : Un Adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang pur
Statut : Célibataire
Camp : Mangemort
Métier : Oubliator
Patronus : J'en ai pas

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Sam 13 Oct - 20:38



Le prix de ma faiblesse pour toi


Je… n’ai jamais aimé les femmes à faible caractères. Plus elle me résiste. Plus elle m’oppose. Plus elle ne m’appartient pas et plus je la désire. Plus je la veux. Plus je l’aime. Suis-je à ce point si manipulable ? Il est pourtant si facile de me posséder du moment que je ne pense pas pouvoir moi-même complètement posséder. Là était toute ma faiblesse. Si seulement elle savait que pour se débarrasser de moi il suffisait d’arrêter de lutter. Chose à double tranchant quand on y repense. Enfin là n’est pas la question. Plein de jus d’orange j’aurais surement pu m’énerver milles fois. Pourtant… Je souris… C’était bien le pire ! Oh ma belle résiste-moi… joue les dames fortes… refuse de te laisser avoir et ce soir… ou peut-être dans quelques minutes je m’amuserais à te prouver finalement que tu ne peux pas faire sans moi comme je ne le peux moi-même. Déteste-moi autant que tu le peux mais reconnais une chose… Tu as toujours des sentiments pour moi et je le sais pertinemment.

Partant loin de moi je ne bougeais pas m’essuyant simplement le visage et continuant à manger. Qu’elle s’énerve, qu’elle s’exècre moi je penserais avant tout à mon estomac et ensuite peut-être penserais-je à la suite d’un plan que je n’avais pas prévu jusqu’au retour de Vesper. La voilà alors partant vers la porte d’entrée. Ecoute si ça t’amuse … Je souriais ne bougeant toujours pas. Elle perdit patience cognant dedans avant d’aller sur le fauteuil. Et la voilà finalement se relevant de nouveau pour la chambre. Merlin elle allait me donner le tournis. Je vais finir par la stupéfixer un instant pour manger tranquillement si ça continue ! Et voilà que j’entendais du raffut en provenance de la chambre. Elle a pas fini oui ?! Je me levais finalement, réussissant quand même à finir mon repas. Dans l’embrasure de la porte ? Elle me cracha ses mots :

-// Jamais tu ne m’auras, je ne te laisserais jamais faire !

Je soupirais en roulant des yeux. Plus elle me dit que je ne l’aurais plus j’avais envi de la posséder. Oh Merlin pourquoi tu nous fais ça ? Pourquoi je suis amoureux à ce point d’elle ?! Pourquoi faut-il que cette femme me rende complètement dingue ? Pourquoi ? Je m’approchais. Elle reculait. Si elle avait pu elle m’aurait menacé avec quelque chose. Avec quoi je me le demande bien. Un regard noir. Une défense d’approcher. Je roule des yeux une fois de plus, je pose ma main sur sa joue. Elle se débat. Recule encore et…

Le mal était commis. Ma main sur ses lèvres pour la taire. Son corps contre le mien luttant. Son parfum se mêlant au mien. Sa rage. Ma détresse. Je ne savais comment m’y prendre avec elle. Ces années à devenir un mangemort accompli m’avait rendu brutal et sans aucune délicatesse. Je savais parlé aux femmes pour faire l’amour oui mais pas dans le sens de le faire toute une vie. Pour moi ce n’était qu’une partie de plaisir à la base et non un engagement solennel. Je ne savais pas faire tout ça. Je ne connaissais pas les mots. J’ignorais les gestes. Le pliant, je ne pouvais ainsi donc agir que comme ça. Pourtant mon cœur quelque part au fond de moi voulait progresser, ne pas la rendre si malheureuse. Ma main sur son ventre, l’autre sur ses lèvres, son dos contre mon torse la forçant à ne plus bouger je savais que ce n’était pas la meilleure façon d’agir avec elle mais comment faire d’autres ? Je lui demandais de se calmer mais rien n’y faisait elle lutter comme l’esprit libre et indomptable. Elle avait toujours eu cette personnalité hors du commun qui m’avait toujours plus. Amoureux de cette femme tout en elle avait fini par m’envouter et me faire peur à la fois. Avec elle tout était différent. Je devenais faible. Je devenais maladroit. Je devenais sensible. Je devenais ateignable. Je détestais cette sensation et alors que le temps passait que les minutes et les heures s’écoulaient alors que je refusais de lâcher prise elle finit par s’épuiser et au moment où finalement elle commençait à céder, à rendre les armes un instant surement peut-être pour finalement frapper fort je ne cessais en douceur depuis déjà un moment de la bercer en silence ma main s’aventurant à caresser doucement la peau de son ventre peut-être trop amoureusement et sans aucune provocation… Je craquais de nouveau. Je me laissais allé en douceur. Mes yeux fermés, la tenant dans mes bras, refusant de la lâcher mon cœur était en train d’apprendre une mélodie en son nom. Je la serrais tout contre moi comme si j’avais peur de la perdre de nouveau. Et… je finis par la lâcher et lui ouvrir la porte d’entrée :

-// Tu veux partir ? Je ne te retiens pas plus longtemps.

Je venais de réaliser ma faiblesse et une fois de plus de peur finalement de craquer, d’être simplement à elle et de laisser mes émotions l’emporter et une fois de plus je fuyais à ma façon comme un lâche. Part… Va-t-en. Vite… Avant que je ne m’attache plus que je ne le suis déjà. Avant que je ne m’abandonne complètement à toi comme tu l’as fait à moi la nuit dernière. Fuis. Cours. Ne me recroise jamais. Ou je ne répondrais plus jamais de moi…

© fiche créée par ell





Oui j'ai potentiellement des sentiments et je suis peut-être encore plus potentiellement jaloux et un peu dérangé sur les bords. Et alors ? Es-ce de ma faute si depuis le jour où je l'ai vu elle me rend dingue ?!

D.C. de Lily R. Potter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Avatar : Nina Dobrev
Messages : 43
Patacitrouilles : 29
Je suis : Une adulte
Âge : 22
Ascendance : Sang Pure
Statut : Prisonière
Camp : Neutre
Métier : Professeur de Danse
Patronus : Louve

MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   Mar 16 Oct - 10:56




Josh & Lou

« face à ma liberté provisoire »


Jamais, non jamais il ne m’aura, j’en faisait le serment ! Promesse difficile à tenir ? Et pourtant, je comptais bien m’y tenir au maximum, et il était bien dur de penser autrement vu la colère que je pouvais avoir en moi. Je le détestais, je détestais son pouvoir sur moi, je détestais ma faiblesse face à lui. Il m’avait eu, il en avait bien conscience, et c’est surement pour cela qu’il m’avait laissé faire à ma guise pendant que monsieur mangeait tranquillement. Dans l’embrasure de la porte, il soupira en roulant des yeux, à croire que je ne savais pas ce que je disais, que j’avais perdu tout bon sens… Non, au contraire, je l’avais tout mon bon sens, je ne deviendrais pas sa femme, je le refusais. Il pouvait toujours me conduire de force devant l’autel, me trainant s’il le fallait, mais jamais je ne dirai oui. Si je n’avais pas entièrement encore conscience de qui il était devenu ? Si je n’avais pas encore conscience du danger de la chose ? Possible, mais ces années loin de lui n’y était pas pour rien. Il fit alors un pas vers mi, je reculais automatiquement, le fusillant du regard. Non, ne t’approche pas, je te l’interdis ! Il fit un nouveau pas, je reculais de nouveau… Jusqu’où allait nous conduire cette danse de distance ? Mon regard ne sembla pas l’effrayer, au contraire, à croire que tout ceci n’était qu’un jeu pour lui où il se voyait déjà vainqueur depuis longtemps. Comment sa main arriva sur ma joue ? Je me débattis à se simple contact, vouant reculer avant… avant que de ses mains, prisonnière je ne sois encore…

Une furie ? J’aurai pu passer comme telle si j’avais au moins eu autant de force que lui, mais c’était peine perdu. J’avais beau être sportive, la danse était loin de me conférer la puissance nécessaire face à un être comme lui. Mon corps était fait pour bouger gracieusement, pas pour résister à une si forte pression, mais qu’il ne s’y trompe pas, je plie, mais ne rompt pas. Dans mes gestes en tout cas pour le fuir, mon corps se retrouva dos au sien alors qu’il me fit prisonnière de ses bras, sa main m’empêchant encore et encore de parler, mais n’atténuant rien à ma colère. Sa main vint sur mon ventre et il me demanda de me calmer, mais ce fut comme tenter d’éteindre un feu avec de l’huile, et je tentais de lui donner des coups de coude, de lui marchait sur les pieds, de le mordre même mais sa grand main emprisonna ma mâchoire. Combien de temps… Combien de temps alors à lutter ? Combien de temps à me rebeller ? Les secondes se transformèrent en minutes, et les minutes surement en heures… je n’avais même plus de notion, mise à part ma résistance qui fatiguait de plus en plus au point que je finisse par devenir physiquement docile quand mon esprit hurlait encore. Lui n’avait pas bougé, lui ne m’avait pas lâché, mais fatiguée, je ne pouvais plus… je n’avais plus la force de me débattre. Il fallait que je me repose, que je reste sage le temps de récupère pour pouvoir mieux frapper ensuite, car, si physiquement je pouvais alors paraître gentille, mon esprit était d’autant plus rebelle. Je le laissais donc me bercer en douceur, ne réagissant pas non plus quand il vint caresser ma peau, sa main sur mon ventre ayant remonté mon tee-shirt. Il ne remonta pas plus haut, il n’osa pas, alors je ne laissais faire, sachant qu’il ne servait à rien pour le moment de résister. Son visage était dans mon cou, et je pouvais sentir son souffle régulier et calme. Avait-il les yeux de fermé ? Je ne savais pas… Non, je ne savais pas… Tout comme je ne savais pas à quoi il pouvait penser à me garder comme ça contre lui. Était-ce une nouvelle ruse ? Était-ce encore un piège ? Il finit par s’écarter de moi. Je me tournais vers lui alors sans un mot, le regardant retourner dans le salon et le suivant, jusqu’à ce que, contre toutes attentes, il ouvrit la porte d’entrer.

«Tu veux partir ? Je ne te retiens pas plus longtemps.»

J’hésitais, le regardant, me demandant où était une nouvelle fois la ruse machiavélique dans cette proposition. Il me tendit alors ma baguette que je récupérer non sans méfiance. Était-il sérieux, Pouvais-je vraiment partir ? Faisant un pas, puis un autre, j’arrivais à sa hauteur, juste devant cette porte qui pouvait signifiait ma liberté. Libre… Il me laissait partir. Je ne sautais pas de joie, mais c’était comme une victoire en moi et… autre chose qui s’exprima par de simple parole…

« Merci… »

Je sortis alors, me retournant pourtant une dernière fois avant de disparaitre de sa vue, et lui de la mienne… je me retrouvais quelques instant plus tard chez moi. Max était assis dans le canapé et il se leva subitement avant de venir me prendre dans ses bras, soulagé.

« Merlin merci te voilà… Tu vas bien au moins ? Qu’est-ce qu’il a osé te faire cet enfoiré ? Si je le choppe… »

Je posais mon doigt sur ses lèvres pour l’empêcher de continuer à parler. Je ne voulais pas qu’il en dise plus, j’étais fatiguée, psychologiquement, physiquement, et je ne voulais pas entendre parler de ça…

« Je vais bien… Il ne m’a rien fait… »

Là n’était peut-être pas la vérité, mais je ne voulais pas revenir sur ce que je venais de vivre, car j’y avais aussi ma part d’action, et je ne voulais pas l’admettre, pas encore… Je voulais juste oublier. Montant dans ma chambre, je pris alors une bonne douche pour effacer ces moments de ma peau, et lorsque je sortis, je vis sa baguette posé sur ma commode. Max avait dû venir ici avec. Je l’imaginais bien se ronger les sang pour moi, mon cousin avait toujours était comme ça… sa baguette… je lui la rendrais, j’enverrais un hiboux et je lui la rendrais… comme il m’avait rendu ma liberté… Décidant de me coucher dans mon propre lit cette fois, c’est à bout de force que je cédais alors au larmes…

fiche par century sex.

FINI




prisonnière de tant de choses....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le prix de ma vengeance... /!\   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le prix de ma vengeance... /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Remise des Prix à la VBM
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» Un Prix Nobel Controversé, mais pas Embarrassant
» Prix du petrole a travers le temps
» Liste et prix des équipements communs et rares.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelius Charm :: Portoloins :: Habitations-